Nouveau

Fruit de prunier tsar: Comment faire pousser un prunier tsar

Fruit de prunier tsar: Comment faire pousser un prunier tsar


Les pruniers tsar ont une histoire remontant à 140 ans et, aujourd'hui, sont toujours prisés par de nombreux jardiniers malgré la pénurie de variétés plus modernes et améliorées. La raison pour laquelle tant de jardiniers cultivent des prunes Czar? Les arbres sont particulièrement rustiques, et le fruit de prune Czar est une excellente variété de cuisine. Lisez la suite pour en savoir plus sur la culture des prunes Czar et les soins des pruniers Czar.

Informations sur le prunier tsar

Les pruniers tsar ont une lignée intéressante. C'est un croisement entre Prince Engelbert et Early Prolific. Des échantillons de prune Czar ont été envoyés à Robert Hogg en août 1874 par les producteurs de Rivers of Sawbridgeworth. C’était la première année de la fructification des arbres et n’avait pas encore été nommée. Hogg a nommé le tsar de la prune en l'honneur du tsar de Russie qui a effectué une visite mémorable au Royaume-Uni cette année-là.

L'arbre et le fruit ont pris de l'ampleur et sont devenus un aliment de base populaire dans de nombreux jardins anglais en raison de sa nature rustique. Les prunes tsar peuvent être cultivées dans une variété de sols, à l'ombre partielle, et les fleurs ont une certaine résistance aux gelées tardives. L'arbre est également un producteur prolifique et est l'un des premiers producteurs de prunes culinaires.

Les prunes Czar sont de gros fruits noirs / violets foncés en début de saison. Ils peuvent être consommés frais s'ils mûrissent complètement, mais ce n'est pas leur utilisation principale. Bien que frais, ils brillent vraiment lorsqu'ils sont transformés en conserves ou en jus. La chair intérieure est jaune avec une pierre de taille adhérente. En moyenne, le fruit mesure 2 pouces (5 cm) de long et 1 ½ pouce (3 cm) de diamètre, juste légèrement plus grand que la prune moyenne.

La taille de l'arbre dépend du porte-greffe, mais aussi des conditions de croissance. En général, les arbres mesurent entre 10 et 13 pieds (3-4 m.) Pour un arbre qui n'a pas été élagué à 8-11 pieds (2.5-3.5 m.) Pour un arbre élagué.

Comment faire pousser une prune Czar

Les prunes de tsar sont autofertiles mais donneront de meilleurs rendements et produiront des fruits plus gros avec un autre pollinisateur à proximité. Cela dit, il n’a pas besoin d’un autre arbre et il sera assez fructueux en lui-même.

Il fait bien dans les climats plus frais et, comme mentionné, est sans chichis en ce qui concerne son sol. Plantez les prunes Czar en plein soleil ou dans les zones d'ombre partielle.

Creusez un trou aussi profond que la motte et un peu plus large. Détachez doucement les racines et placez l'arbre dans le trou. Remplissez le dos avec un mélange de moitié de terre de jardin et de moitié de compost.

Soins du prunier Czar

Selon les conditions météorologiques, prévoyez de fournir à la prune un pouce (2,5 cm) d'eau par semaine.

Contrairement aux autres arbres fruitiers, les pruniers doivent être taillés lorsqu'ils sont complètement feuillus. La raison en est que si vous taillez une prune lorsqu'elle est en dormance, elle peut être infectée par une infection fongique.

Taillez un nouvel arbre immédiatement après la plantation, à moins que ce ne soit l'hiver. En règle générale, prévoyez de tailler une fois par an de la fin du printemps à la fin juillet. L'idée est de créer une forme de gobelet à vin qui permet à l'air et à la lumière de pénétrer dans la canopée et facilite également la récolte de l'arbre. Retirez également toutes les branches qui se croisent, sont endommagées ou malades.

Les pruniers sont connus pour les abondantes quantités de fruits qu'ils produisent. Cependant, trop de fruits a son prix et peut entraîner des branches cassées qui cèdent la place aux insectes et aux maladies. Amincissez la récolte pour que l’arbre ne soit pas trop surchargé.

Paillez autour de l'arbre, en prenant soin de garder le paillis loin du tronc pour retarder les mauvaises herbes et retenir l'humidité. Avant de poser le paillis, fertiliser l'arbre avec une farine de sang biologique, de la farine de poisson ou de la farine d'os au printemps, puis déposez le paillis.

Gardez un œil sur les insectes. Les pruniers tsar sont sensibles à tous les insectes comme les autres prunes. Dans le cas des prunes Czar, il y a un insecte particulier qui attaque ce cultivar. Les papillons de prunier aiment les prunes de tsar et peuvent faire des ravages sur les fruits. Les signes en sont de petites asticots rosâtres à l'intérieur des prunes. Malheureusement, il s'agit d'un insecte particulièrement difficile à contrôler.

C’est à peu près tout, les prunes, en particulier la prune Czar, sont relativement faciles à cultiver et nécessitent très peu d’attention. L'arbre sera cultivé dans 3-4 ans après la plantation et à maturité, 6 ans, atteindra son plein potentiel de culture.


Arbres fruitiers pour sols acides

Articles Liés

Qu'ils poussent dans un verger, une cour ou un pot de terrasse, les arbres fruitiers sont un ajout attrayant et pratique au jardin potager. Des fleurs parfumées et des fruits savoureux et juteux procurent des mois de plaisir. Un kit d'analyse du sol vous aidera à déterminer quels types d'arbres fruitiers conviennent le mieux à votre paysage. Un pH inférieur à 7,0 est acide et un pH supérieur à 7,0 est alcalin. Certains arbres fruitiers ont besoin d'un sol acide, tandis que d'autres se développent dans une large gamme de niveaux de pH du sol, y compris l'acide.


Prunes européennes

La majorité des prunes européennes ont une peau violet foncé avec une cire poudreuse blanche, ce qui les fait apparaître bleues. Ils ont tous une chair ambrée, parfois avec une teinte rouge. La plupart toléreront des températures plus basses que les types japonais, défiant souvent les hivers de la zone 4. Il y a beaucoup plus de prunes européennes auto-fécondes que de prunes japonaises, mais quelques-unes des variétés les plus courantes sont «Stanley» et «Italian», toutes deux à la peau violette et à la chair ambrée, et «Green Gage», avec des fruits de couleur verdâtre et chair ambrée.


Contenu

  • 1 Fonctions socio-culturelles et économiques
  • 2 Partout dans le monde
    • 2.1 Autriche
    • 2.2 Canada
    • 2.3 Tchécoslovaquie
    • 2.4 Danemark
    • 2.5 Finlande
    • 2.6 France
    • 2.7 Allemagne
    • 2,8 Malte
    • 2.9 Pays-Bas
    • 2.10 Norvège
    • 2.11 Philippines
    • 2.12 Pologne
    • 2.13 Portugal
    • 2.14 Russie
    • 2.15 Suède
    • 2.16 Royaume-Uni
    • 2.17 États-Unis
  • 3 Voir aussi
  • 4 Références
  • 5 Lectures complémentaires
  • 6 Liens externes

L'Office International du Coin de Terre et des Jardins Familiaux, basé au Luxembourg, représentant trois millions de jardiniers familiaux européens depuis 1926, décrit les fonctions socioculturelles et économiques des jardins familiaux comme offrant une meilleure qualité de vie, un loisir agréable et rentable, la détente et le contact avec la nature. Pour les enfants, les jardins offrent des endroits pour jouer et s'initier à la nature, tandis que pour les chômeurs, ils offrent le sentiment de faire quelque chose d'utile et de manger à bas prix. Pour les personnes âgées et handicapées, les jardins offrent l'occasion de rencontrer des gens, de partager des activités avec des personnes partageant les mêmes idées et de vivre des activités comme la plantation et la récolte. [5]

Autriche Modifier

Le premier jardin a été commencé à Purkersdorf en 1905. [6] [7]

Canada Modifier

Dans des villes comme Vancouver, Toronto, Calgary, Montréal et Ottawa, on les appelle des jardins communautaires. [ citation requise ]

Tchécoslovaquie Modifier

Le jardinage familial était autrefois très populaire dans l'ancienne Tchécoslovaquie sous le régime communiste. Il a donné aux gens des blocs d'appartements préfabriqués de banlieue - appelés paneláky en tchèque - une chance d'échapper au chaos de la ville, à la pollution et à l'architecture en béton. Les maisons de vacances et les jardins constituaient également la seule forme d'investissement d'épargne autorisée pour les citoyens ordinaires de la classe moyenne. [ citation requise ]

Danemark Modifier

En 1778, un terrain a été aménagé à l'extérieur des fortifications de la ville de Fredericia pour les jardins familiaux et, selon une circulaire de 1828 de la chancellerie royale, des jardins familiaux ont été créés dans plusieurs villes. [ citation requise ]

Une initiative privée a formé la première association danoise de lotissement à Aalborg en 1884, et à Copenhague une association nommée Arbejdernes Værn (lit. «La protection des travailleurs») a fondé les premiers jardins familiaux de la capitale danoise en 1891. Depuis lors, les jardins familiaux se sont répandus dans la plupart des villes danoises. [ citation requise ]

En 1904, il y avait environ 20 000 jardins familiaux au Danemark. 6 000 d'entre eux étaient à Copenhague. Pendant l'entre-deux-guerres, le nombre de jardins familiaux a augmenté rapidement. En 2001, le nombre de jardins familiaux était estimé à environ 62 120. [ citation requise ]

En 1908, vingt associations de lotissements à Copenhague ont formé l'Union des jardins familiaux qui, en 1914, a été élargie pour couvrir tout le Danemark. La Fédération des jardins familiaux a été créée pour négocier des accords plus favorables avec l'État et les municipalités auprès desquelles les associations de jardins familiaux louaient le terrain. Aujourd'hui, la fédération représente environ 400 associations de lotissements dans 75 communes. [ citation requise ]

La tradition danoise des jardins familiaux s'est ensuite étendue aux autres pays nordiques: d'abord la Suède, puis la Norvège et la Finlande. [8]

Aujourd'hui, la plupart des jardins familiaux se trouvent sur des terrains appartenant à la commune qui loue le terrain à une association de lotissements. L'association donne à son tour à chaque membre une parcelle de terrain. Pour préserver les jardins familiaux comme quelque chose qui est disponible pour toutes sortes de personnes, les frais d'adhésion sont fixés nettement en dessous de ce que serait le prix du marché. Étant donné que les lotissements sont souvent placés sur des parcelles attrayantes, cela a conduit à d'énormes listes d'attente pour l'adhésion à de nombreuses associations de lotissements. [ citation requise ]

Bien que le but principal du lotissement soit le jardinage, la plupart des jardins familiaux ont un pavillon construit en eux. Ces pavillons peuvent varier en taille d'une vieille voiture de chemin de fer reconstruite à une petite maison d'été. Beaucoup de gens aiment tellement leurs jardins familiaux qu'ils y vivent tout l'été. Dans la plupart des cas, cependant, les membres ne sont pas autorisés à y vivre toute l'année. [ citation requise ]

Finlande Modifier

La Fédération des jardins familiaux finlandais est une organisation à but non lucratif qui soutient les jardiniers familiaux et les relie aux jardins familiaux et les uns aux autres. Le premier jardin de lotissements a été créé en 1916 à Tampere, [9] et aujourd'hui il y a environ 30 associations de lotissements dans toute la Finlande composées d'environ 3700 allotmenteers. [dix]

France Modifier

Dans de nombreuses localités de France, lorsqu'il existe des lotissements, ils sont implantés dans des zones marginales (bords d'autoroutes, voies ferrées, parcs industriels…) impropres à d'autres usages. Ces endroits souffrent d'un accès limité, peuvent ne pas être sûrs, manquent souvent d'eau et ne sont pas protégés contre les transactions immobilières. [ citation requise ]

Allemagne Modifier

L'histoire des jardins familiaux en Allemagne est étroitement liée à la période d'industrialisation et d'urbanisation en Europe au XIXe siècle, où un grand nombre de personnes ont migré des zones rurales vers les villes pour trouver un emploi et une vie meilleure. Très souvent, ces familles vivaient dans des conditions extrêmement précaires et souffraient de logements inappropriés, de malnutrition et d’autres formes de négligence sociale. Pour améliorer leur situation générale et leur permettre de cultiver leur propre nourriture, les administrations de la ville, les églises ou leurs employeurs ont aménagé des espaces ouverts à des fins de jardinage. On les appelait initialement les «jardins des pauvres». [ citation requise ]

L'idée de jardins familiaux organisés a atteint un premier sommet après 1864, lorsque le soi-disant «mouvement Schreber» a commencé dans la ville de Leipzig en Saxe. Une initiative publique a décidé de louer des espaces dans la ville, dans le but de permettre aux enfants de jouer dans un environnement sain et en harmonie avec la nature. Plus tard, ces zones comprenaient de véritables jardins pour enfants, mais bientôt les adultes ont eu tendance à prendre le relais et à cultiver ces jardins. Ce type de jardinage est également devenu populaire dans d'autres pays européens, en particulier. Pays germaniques tels que l'Autriche (et ses dépendances), les Pays-Bas et la Suisse. [11] [12] [13] [14] [15] Dans les pays germanophones, les jardins familiaux sont généralement connus sous le nom de Schrebergärten (singulier: Schrebergarten), parfois littéralement traduit par «jardins Schreber». Un autre terme courant est Kleingärten ('petits jardins', singulier: Kleingarten). [ citation requise ]

L'aspect de la sécurité alimentaire fourni par les jardins familiaux est devenu particulièrement évident pendant les guerres mondiales I et II. La situation socio-économique était très misérable, notamment en ce qui concerne l'état nutritionnel des citadins. De nombreuses villes étaient isolées de leur arrière-pays rural et les produits agricoles n'atteignaient plus les marchés urbains ou étaient vendus à des prix très élevés sur les marchés noirs. Par conséquent, la production alimentaire dans la ville, en particulier la production de fruits et légumes dans les jardins potagers et les jardins familiaux, est devenue essentielle à la survie. L'importance des jardins familiaux pour la sécurité alimentaire était si évidente qu'en 1919, un an après la fin de la Première Guerre mondiale, la première loi sur les jardins familiaux en Allemagne a été adoptée. La soi-disant «loi sur les petits jardins et les petits loyers», garantissait la sécurité foncière et les frais de location fixes. En 1983, cette loi a été modifiée par la loi fédérale sur les jardins familiaux [de] (Bundeskleingartengesetz). Aujourd'hui, il existe encore environ 1,4 million de jardins familiaux en Allemagne, couvrant une superficie de 470 km 2 (180 miles carrés). [16] Rien qu'à Berlin, il y a 833 complexes de jardins familiaux. [17]

Malte Modifier

Malte a introduit ses premiers jardins familiaux en avril 2011. [18] L'objectif du programme, qui s'appelait Midd Idejk fil-Biedja («Essayez votre main à l'agriculture»), était d'encourager les gens, en particulier les jeunes et ceux qui vivent dans les zones urbaines, à adopter l'agriculture biologique. Le programme comptait plus de 50 parcelles d'attribution situées à Għammieri, à Malte. [19] Toutes les parcelles ont été entièrement irriguées et ceux qui ont participé au programme ont reçu un soutien et une formation continus. Les jardins familiaux de Malte ont été supprimés en 2013, à la suite d'un changement d'administration. [20] En septembre 2019, Heritage Malta, une agence qui relève du ministère de la Culture, a lancé une initiative visant à réintroduire le concept d'allotissements. [21] Situé juste au-dessus des catacombes d'Abbatija Tad-Dejr à Rabat, les nouvelles parcelles d'attribution ont été émises avec plusieurs restrictions dans un effort pour protéger la sensibilité du site archéologique. [22] [23]

Pays-Bas Modifier

Les premiers jardins familiaux aux Pays-Bas ont été fondés en 1838. Au XIXe siècle, les villes ont ouvert des jardins familiaux pour les familles ouvrières. Autour de la première guerre mondiale, au cours de laquelle les Pays-Bas sont restés neutres, les utilisateurs des jardins ont commencé à exiger que les jardins soient gouvernés par les membres. En 1928, les sociétés de jardins familiaux fondèrent le niveau national het Algemeen Verbond van Volkstuindersverenigingen aux Pays-Bas (AVVN). Pendant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux "Volkstuinen" ont commencé. Jusque dans les années 1950, les jardins étaient principalement utilisés pour la production de légumes, depuis lors, il y a eu un virage vers un usage récréatif. Selon la ville et la société, les petits hangars, les serres ou les petites maisons de jardin sont autorisés. Dans certains cas, l'habitation permanente est autorisée pendant l'été. Les Pays-Bas ont 240 000 attributions. [ citation requise ]

Norvège Modifier

Il y a 13 jardins familiaux en Norvège, avec environ 2000 jardins familiaux. Le plus ancien, Etterstad Kolonihager, date de 1908. Le plus grand, Solvang Kolonihager, compte environ 600 parcelles et se trouve à Oslo, à proximité des bois et du lac Sognsvann. Les jardins familiaux sont très populaires, et il peut y avoir une liste d'attente de 10 et dans certains cas même de 20 ans. [ citation requise ]

Philippines Modifier

En 2003, le premier jardin familial des Philippines a été créé à Cagayan de Oro City, dans le nord de Mindanao, dans le cadre d'un projet financé par l'Union européenne. [24] Pendant ce temps, avec l'aide de l'ambassade d'Allemagne à Manille et de plusieurs donateurs privés d'Allemagne, ce nombre est passé à cinq jardins autonomes situés dans différentes zones urbaines de la ville, permettant à un total de 55 familles urbaines pauvres accès à la terre pour la production alimentaire. Quatre autres jardins familiaux, dont deux dans les locaux d'écoles primaires publiques, sont actuellement en cours de création pour 36 familles supplémentaires en utilisant l'approche de développement communautaire basée sur les actifs. [25] Certains des jardiniers appartiennent aux plus pauvres de la ville, les ramasseurs d'ordures du site d'enfouissement de la ville. [26] Mis à part différents légumes, les jardiniers cultivent aussi des herbes et des fruits tropicaux. Dans certains jardins, de petits animaux sont gardés et des étangs à poissons sont entretenus pour offrir aux jardiniers des sources de protéines supplémentaires pour les besoins alimentaires quotidiens. Chaque jardin commun dispose d'un tas de compost où les déchets biodégradables du jardin ainsi que des ménages voisins sont convertis en engrais organique, contribuant ainsi au programme intégré de gestion des déchets solides de la ville. En outre, tous les jardins sont équipés de ce que l'on appelle des toilettes sanitaires écologiques à détournement d'urine similaires aux pratiques des jardins familiaux danois décrits par Bregnhøj et al. (2003). [27]

Pologne Modifier

En Pologne, les jardins familiaux remontent à 1897 lorsque le docteur Jan Jalkowski a fondé les `` bains de soleil '' (polonais: Kąpiele słoneczne) jardins communautaires et zone de santé à Grudziądz. [28] Après la Seconde Guerre mondiale, les jardins familiaux étaient populaires parmi les citadins vivant dans des immeubles d'appartements de banlieue. Aujourd'hui, l'Association polonaise des jardiniers familiaux représente l'intérêt des propriétaires pour les questions juridiques et fiscales [29], non sans critiques. [30] Vivre dans un jardin est illégal, bien que certaines personnes essaient de le faire. [31] Brûler des ordures dans un jardin et produire du smog peut être un problème. [32]

Portugal Modifier

Depuis 2011, la municipalité de Lisbonne a créé plus de 19 jardins familiaux (parques hortícolas ou hortas urbanas). [33] Ceux-ci sont accordés aux résidents au moyen d'un processus de demande publique. [34]

Sinon, les jardins familiaux au Portugal sont souvent précaires, car les terres sont spontanément divisées en bandes à mesure que les villes se développent. [ citation requise ]

Russie Modifier

Les premiers lotissements ("datchas") en Russie ont commencé à apparaître sous le règne de Pierre le Grand. Au départ, c'étaient de petits domaines dans le pays, qui étaient donnés à des vassaux fidèles par le tsar. En russe archaïque, le mot datcha (да́ча) signifie quelque chose de donné. [ citation requise ]

Pendant le siècle des Lumières, l'aristocratie russe utilisait ses attributions pour des rassemblements sociaux et culturels, qui étaient généralement accompagnés de bals masqués et de feux d'artifice. La révolution industrielle a entraîné une croissance rapide de la population urbaine et les citadins ont de plus en plus envie de fuir les villes fortement polluées, du moins temporairement. À la fin du 19e siècle, le lotissement est devenu une retraite d'été préférée des classes supérieures et moyennes de la société russe. [ citation requise ]

Après la révolution bolchevique de 1917, la plupart des datchas ont été nationalisés. Certains ont été convertis en maisons de vacances pour la classe ouvrière, tandis que d'autres, généralement de meilleure qualité, ont été répartis entre les hauts fonctionnaires du Parti communiste et l'élite culturelle et scientifique nouvellement émergée. Tous les lots, sauf quelques-uns, restaient la propriété de l'État et le droit de les utiliser était généralement révoqué lorsqu'un occupant de la datcha était licencié ou tombait en disgrâce auprès des dirigeants de l'État. La datcha préférée de Joseph Staline était à Gagra, en Abkhazie. [35] La construction de nouvelles datchas a été restreinte jusqu'à la fin des années 1940 et a nécessité l'approbation spéciale de la direction du Parti communiste. [ citation requise ]

La période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale a vu une croissance modérée du développement de la datcha. Comme il n'y avait pas de loi interdisant la construction de datchas, les squatters ont commencé à occuper des parcelles de terrain inutilisées à proximité des villes et des villages, des hangars à bâtiments, des huttes et des habitations plus importantes qui servaient de datcha. Cette pratique du squat a été stimulée par le désir des citadins, tous vivant dans des immeubles à plusieurs étages, de passer du temps près de la nature, et aussi de cultiver leurs propres fruits et légumes. Cette dernière a été causée par l'échec du programme agricole soviétique planifié au niveau central à fournir suffisamment de produits frais. Au fil du temps, le nombre de squatters a augmenté géométriquement et le gouvernement n'a eu d'autre choix que de reconnaître officiellement leur droit à l'agriculture amateur. La législation de 1955 a introduit un nouveau type d'entité juridique dans le système juridique soviétique, un soi-disant «partenariat de jardiniers» (садоводческое товарищество à ne pas confondre avec le jardin communautaire). Les partenariats de jardiniers ont reçu le droit à l'utilisation permanente des terres à des fins exclusivement agricoles et l'autorisation de se connecter aux réseaux publics d'alimentation en eau et en électricité. En 1958, une autre forme d'organisation a été introduite, une "coopérative pour la construction de datcha (DSK)" (дачно-строительный кооператив), qui reconnaissait le droit d'un individu de construire une petite maison sur le terrain loué par le gouvernement. [ citation requise ]

Les années 1980 ont vu le pic du boom de la datcha, avec pratiquement toutes les familles aisées du pays ayant leur propre datcha ou passant des week-ends et des vacances chez des datchas d'amis. Souvent mal équipées et sans plomberie intérieure, les datchas étaient néanmoins la solution ultime pour des millions de familles ouvrières russes pour avoir une retraite d'été bon marché. Le fait de disposer d'un lopin de terre a également permis aux citadins de se livrer à la culture de leurs propres fruits et légumes. À ce jour, les vacances du 1er mai restent une caractéristique de la vie russe, permettant aux citadins de passer un long week-end pour planter des graines et entretenir des arbres fruitiers alors que le sol se dégèle après le long hiver russe. [ citation requise ] Puisqu'il n'y a pas d'autres jours fériés suffisamment longs pour planter, de nombreux employeurs accordent à leur personnel un jour de congé supplémentaire spécialement à cette fin. [ citation requise ]

L'effondrement du communisme en Union soviétique a vu le retour à la propriété foncière privée. La plupart des datchas ont depuis été privatisées et la Russie est désormais le pays qui compte le plus grand nombre de propriétaires de résidences secondaires. [ citation requise ] La croissance du niveau de vie ces dernières années a permis à de nombreux propriétaires de datcha de consacrer leur revenu discrétionnaire à des améliorations. Ainsi, de nombreuses datchas récemment construits sont des maisons entièrement équipées pouvant être utilisées comme résidences permanentes. L'économie de marché a transformé la datcha en un actif, qui reflète généralement la prospérité de son propriétaire et peut être librement négocié sur le marché immobilier. [ citation requise ]

En raison de l'augmentation rapide de l'urbanisation en Russie, de nombreuses maisons de village sont actuellement vendues pour être utilisées comme lotissements. De nombreux villages russes ont maintenant des dachniki (да́чники) en tant que résidents temporaires. Certains villages ont été entièrement transformés en colonies de datcha, tandis que certaines anciennes colonies de datcha ressemblent souvent à des logements plus permanents. Les avantages de l'achat d'une datcha dans un village sont généralement: des coûts inférieurs, une plus grande superficie et des distances plus grandes entre les maisons. Les inconvénients peuvent inclure: des services publics de qualité inférieure, moins de sécurité et généralement une distance plus longue à parcourir. [ citation requise ]

Suède Modifier

À Landskrona, aux alentours de la Citadelle, les premiers jardins familiaux de Suède ont été mis à la location dans les années 1860, [36] plus tard, suivis de ceux de Malmö en 1895 et de Stockholm en 1904. Les autorités locales ont été inspirées par Anna Lindhagen , une dirigeante social-démocrate et une femme dans les rangs supérieurs de la société, qui a visité les jardins familiaux de Copenhague et en a été ravie. Dans son premier livre sur le thème consacré à l'utilité des jardins familiaux, elle écrit:

Pour la famille, la parcelle de terrain est un lien fédérateur, où tous les membres de la famille peuvent se retrouver dans le travail et les loisirs partagés. Le père de famille, fatigué de l'espace restreint de la maison, peut se réjouir de prendre soin de sa famille en plein air et se sentir responsable si la petite parcelle de terre accorde un intérêt tout particulier à la vie. [37]

On dit qu'Anna Lindhagen a rencontré Lénine quand il est passé par Stockholm de l'exil en Suisse lors de leur voyage de retour en Russie après la révolution de février en 1917. [38] Elle l'a invité aux jardins familiaux de Barnängen pour montrer tous ses avantages. Cependant, elle n'a pas gagné son approbation. Lénine était totalement insensible à ce genre d'activité. Fouiller le sol, c'était préparer le terrain à la paresse politique dans la lutte des classes. Les ouvriers ne devraient pas se préoccuper du jardinage, ils devraient plutôt se consacrer à la révolution prolétarienne. [39]

La Fédération suédoise du jardinage de loisir a été fondée en 1921 et représente aujourd'hui plus de 26 000 jardiniers familiaux et de loisirs. Les membres sont organisés dans environ 275 sociétés locales dans toute la Suède. Le terrain est généralement loué aux autorités locales. [ citation requise ]

Royaume-Uni Modifier

Une gravure de 1732 de Birmingham, en Angleterre, montre la ville entourée de lotissements, dont certains existent encore à ce jour. La distinction pour le plus ancien site d'allotissement est réservée aux Great Somerford Free Gardens dans le village du Wiltshire de Great Somerford. Ceux-ci ont été créés en 1809 à la suite d'une lettre adressée au roi George III par le révérend Stephen Demainbray (aumônier du roi) dans laquelle il demandait au roi d'épargner, à perpétuité, six acres des actes d'inclusion au profit des pauvres de sa paroisse. . [40] [41]

À la suite de ces lois d'inclusion et de la loi de 1876 sur les communes, les terres disponibles pour la culture personnelle des pauvres ont été considérablement réduites. Pour répondre au besoin de terres, une législation sur l'attribution de terres a été adoptée. La loi a d'abord été entièrement codifiée dans la Small Holdings and Allotments Act 1908, puis modifiée par la Allotments Act 1922 et les Allotments Acts subséquents jusqu'à la Allotments Act 1950.

En vertu des lois, une autorité locale est tenue de maintenir une «provision adéquate» de terres, généralement un grand terrain de lotissement qui peut ensuite être subdivisé en jardins familiaux pour les résidents individuels moyennant un loyer modique. Les dimensions des lots sont souvent indiquées en barres carrées, bien que l'utilisation de la tige soit illégale à des fins commerciales depuis 1965. [42] Le loyer est fixé à ce qu'une personne «peut raisonnablement s'attendre à payer» (1950) en 1997 la moyenne le loyer pour une parcelle de dix tiges carrées (250 m 2) était de 22 £ par an. En février 2012, le premier conseil britannique contrôlé par les Verts, Brighton and Hove, a suscité la controverse en déclarant son intention d'augmenter le loyer d'un terrain standard de 250 m 2 à 110 £ par an, de nombreuses personnes suggérant que cela était contraire à l'environnement. agenda sur lequel ils ont été élus. Chaque parcelle ne peut excéder quarante tiges carrées (1000 m 2) et doit être utilisée pour la production de fruits ou légumes destinés à la consommation du parcellaire et de sa famille (1922), ou de fleurs à l'usage du parcellaire et de sa famille . La taille et la qualité exactes des parcelles ne sont pas définies. Le conseil a le devoir de fournir des allocations suffisantes pour répondre à la demande. Le total des recettes provenant des allocations s'est élevé à 2,61 millions de livres sterling et les dépenses totales à 8,44 millions de livres sterling en 1997. [43]

Le nombre total de placettes a beaucoup varié au fil du temps. Au XIXe et au début du XXe siècle, le système d'allotissement fournissait une grande partie des légumes frais consommés par les pauvres. [44] En 1873, il y avait 244 268 parcelles et en 1918 il y avait environ 1 500 000 parcelles. Alors que le nombre a chuté dans les années 1920 et 1930, après une augmentation à 1 400 000 pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait encore environ 1 117 000 parcelles en 1948. Ce nombre est en baisse depuis lors, tombant à 600 000 à la fin des années 60 et à 300 000 en 2009. Le Thorpe L'enquête de 1969 a examiné le déclin et en a mis les causes comme le déclin des terres disponibles, l'augmentation de la prospérité et la croissance des autres activités de loisirs. [45]

L'intérêt accru pour les questions «vertes» à partir des années 1970 a ravivé l'intérêt pour les jardins familiaux, tandis que la National Society of Allotment and Leisure Gardeners (NSALG) et la Scottish Allotments and Gardens Society (SAGS) en Écosse ont continué à faire campagne au nom des utilisateurs des jardins familiaux. . Cependant, le taux de déclin n'a été que ralenti, passant de 530 000 parcelles en 1970 à 497 000 en 1977, bien qu'il y ait une liste d'attente importante. En 1980, le regain d'intérêt était terminé et, en 1997, le nombre de parcelles était tombé à environ 265 000, avec des listes d'attente de 13 000 et 44 000 parcelles vacantes. En 2008 Le gardien ont rapporté que 330 000 personnes détenaient un lot, tandis que 100 000 étaient sur des listes d'attente. [46]

En 2006, un rapport commandé par l'Assemblée de Londres [47] a identifié que tandis que la demande était à un niveau record dans toute la capitale, la pression causée par la construction à haute densité diminuait encore la quantité de terrains attribués. La question a fait l'objet d'une publicité supplémentaire lorsque Le gardien Le journal a rendu compte de la campagne communautaire contre l'impact potentiel du développement des Jeux olympiques d'été de 2012 sur l'avenir des lotissements centenaires de Manor Garden, à Hackney Wick. [48] ​​En mars 2008, Geoff Stokes, secrétaire du NSALG, a affirmé que les conseils manquent à leur devoir de fournir des attributions. "[L] hé a vendu des terres alors que la demande n'était pas si élevée. Cela continuera parce que les promoteurs construisent maintenant des maisons avec des jardins beaucoup plus petits." [46] L'Association du gouvernement local a publié des directives demandant aux conseils d'envisager d'exiger des promoteurs qu'ils mettent des terres de côté pour compenser les déficits dans les parcelles de lotissement. [49]

Contre la tendance à la baisse des terres réservées aux lotissements, il y a une prise de conscience croissante de la nécessité pour les villes de lutter contre les problèmes de sécurité alimentaire et de changement climatique par une plus grande autosuffisance. Cette volonté d'élargir les attributions est également une réponse à l'inflation des prix des denrées alimentaires, au désir de réduire les kilomètres de nourriture et à l'offre excédentaire de terres dans les villes post-industrielles du monde développé. Certains de ces thèmes ont été repris dans un récent projet d'agriculture urbaine à Middlesbrough dans la vallée de la Tees. [50]

États-Unis Modifier

Un nombre croissant [ citation requise ] de «jardins communautaires» ont été fondés aux États-Unis. Beaucoup d'entre eux ont commencé comme des «jardins de la victoire» pendant la Seconde Guerre mondiale et se sont transformés en jardins communautaires. Les parcelles de ces jardins sont souvent louées par la ville, à partir de parcelles de seulement 5 pi × 5 pi (1,5 m × 1,5 m). En raison du mouvement vert, de nombreux nouveaux jardins sont en cours de création. [ citation requise ]


Voir la vidéo: Viinapuu sügisene lõikus