Divers

Welwitschia mirabilis - La plante succulente la plus étrange du monde

Welwitschia mirabilis - La plante succulente la plus étrange du monde


Welwitschia mirabilis
la plante succulente la plus étrange du monde

Welwitschia mirabilis c'est une plante que l'on trouve dans le sud-ouest de l'Afrique, dans les zones désertiques du Kalahari et du Namib, entre l'Angola et la Namibie. C'est la seule espèce de l'ordre Welwitschiales et la famille de Welwitschiaceae.

C'est un gymnosperme (comme les cicas, le Gingko biloba, cyprès et conifères en général) et pousse là où il y a des brouillards, à moins de 25 - 120 km de la côte, le long d'une bande d'environ 1000 km, qui va de la rivière Kuiseb, en Namibie, à Moçamedes, en Angola.

C'est une plante vivace avec deux énormes feuilles non caduques qui sort complètement des schémas de vie traditionnels des plantes sub-désertiques. C'est parce que ce n'est pas une plante du désert, mais c'est une incroyable adaptation d'un arbre forestier à un climat aride.

Welwitschia mirabilis appartient à un groupe de plantes très anciennes qui ont eu leur diffusion maximale il y a 135-205 millions d'années, lorsque les déserts étaient des forêts tropicales. Ils peuvent être considérés à toutes fins utiles comme les derniers arbres d'une forêt préhistorique.

Il a été découvert pour la première fois par Friedrich Martin Joseph Welwitsch (d'où le nom), un médecin et naturaliste autrichien qui a découvert le Welwitschia, près de Cabo Negro en Angola, le 3 septembre 1859.

Charles Darvin l'a appelé l'ornithorynque du règne végétal (note 1).

Il a une tige très courte et massive et deux énormes feuilles en forme de ruban qui vivent toute leur vie et poussent en s'effilochant au contact du sol brûlant du désert.

le Welwitschia mirabilis ils poussent sans arrêt, 10-20 cm par an. Ils pourraient théoriquement atteindre un mètre et demi de largeur et une longueur indéfinie, mais dans leur mouvement continu les pointes, touchant le sol, brûlent puis s'effilochent et se cassent avec le temps en de nombreuses bandes le long des côtes.Feuilles qui poussent perpétuellement. Un tissu méristématique produit continuellement de nouvelles cellules et dans sa longue vie cette plante produit au moins 1000 m2 de feuilles!

Chaque individu peut vivre jusqu'à 2 000 ans.

Les feuilles du Welwitschia mirabilis elles sont dures, coriaces, n'ont pas le revêtement cireux typique de nombreuses plantes du désert et offrent au soleil une immense surface, comme si la plante regorgeait d'eau.

Quant aux stomates, on pourrait penser que nous en avons très peu, en pensant aux pertes liées à la photosynthèse dans le désert. Au contraire, ils comptent plus de 250 par mm2, des deux côtés, plus que la plupart des plantes. Un souvenir, peut-être, de la vie passée, il y a des millions d'années, dans les forêts tropicales. On pense qu'ils ont conservé cette caractéristique car plus il y a de stomates, plus ils peuvent absorber d'eau le matin. Puis, pendant la journée, lorsque l'air devient très chaud et sec, les stomates se ferment. En fait, le Welwitschia mirabilis adopte le métabolisme CAM (Métabolisme de l'acide crassulacéen), découvert pour la première fois dans un groupe de plantes succulentes, le Crassulacées. En pratique, la plante ouvre ses stomates la nuit ou à l'aube, quand il fait frais et que le dioxyde de carbone peut entrer sans le vent et la chaleur emportant trop d'eau. Le CO2 est retenu dans les acides organiques et est ensuite transformé avec le soleil en sucres et amidons. Étonnante!

Ce sont des plantes dioïques c'est-à-dire qu'il existe des plantes qui ne portent que des fleurs femelles et des plantes qui ne portent que des fleurs mâles.

Quant à la pollinisation, elle est confiée au vent, mais en pratique un insecte, le Probergrothius sexpunctatus, qui vit presque en symbiose avec le Welwitschia mirabilis. Il passe la majeure partie de sa vie à sucer des cônes femelles et à favoriser leur infection par des champignons microscopiques, contribuant ainsi à faire en sorte que sur les 10 000 à 20 000 graines théoriques par plante, seulement 20 à 200 par an soient conservées. Les graines, une fois formées, ne vont pas très loin de la plante mère mais en tombent près. Cependant, les ressources en eau et en nourriture étant très rares, les jeunes plants ne sont pas en concurrence avec la plante mère et s'organisent pour pousser à une certaine distance. En fait les graines sont recouvertes de puissants inhibiteurs germinatifs (pour les éliminer il faut au moins 25 mm de pluie, continue ou concentrée en 2-3 jours) et le Probergrothius sexpunctatus, causant la mort et la chute de la plupart des graines, presque toutes se dissolvent à la base de la plante mère. En bref, le sol environnant est imbibé de substances anti-germinatives et de cette manière la naissance d'autres plantes est impossible et seules les graines qui sont tombées de la plante mère seront sauvées.


Note 2

La pollinisation a lieu entre novembre et mars. Après quoi les cônes femelles gonflent, les écailles s'élèvent et les graines sont dispersées par le vent. Les graines, riches en protéines et en glucides, sont extrêmement hygroscopiques et peuvent attendre jusqu'à 3 ans pour germer, en attendant que les conditions environnementales le permettent.

Les racines de la Welwitschia mirabilis ils s'étendent sur plusieurs mètres dans le sol et sont aussi profonds que la largeur de la plante. Ils remplissent une fonction de réserve importante et absorbent, avec leurs ramifications latérales, l'eau qui s'infiltre dans le sous-sol. Il a également été observé que les énormes racines en forme de carotte émettent des substances toxiques dans le sol.

En bref ... nous avons affaire à un grand chef-d'œuvre de la nature.

Noter
1. L'ornithorynque est considéré comme un mélange de canard, castor, loutre et scorpion: le canard pour le bec et les pattes palmées, le castor pour la queue et la loutre pour le corps et le pelage. Le scorpion car les mâles sont également venimeux. Sur les talons des pattes arrière, ils ont des éperons piquants qu'ils peuvent utiliser pour attaquer n'importe quel ennemi avec du poison.La reproduction de l'ornithorynque est presque unique. C'est l'un des deux seuls mammifères à pondre des œufs (l'autre est l'échidné).

2. Image sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported licence par Bries

Sources bibliographiques en ligne: Encyclopédie Monano Nature


Vidéo: Welwitschia mirabilis