Divers

Types d'hébergement végétal: traitement des plantes affectées par l'hébergement

Types d'hébergement végétal: traitement des plantes affectées par l'hébergement


Par: Bonnie L. Grant, agricultrice urbaine certifiée

Les cultures céréalières à haut rendement doivent passer de nombreux tests à mesure qu'elles passent du semis au produit récolté. Qu'est-ce que l'hébergement? Il existe deux formes: la verse des racines et la verse des tiges. Dans l'ensemble, le dépôt est le déplacement des tiges ou des racines de leur placement vertical et approprié. Cela peut entraîner une baisse des rendements et une diminution de la densité des nutriments.

Causes de l'hébergement des plantes

Les causes de la verse des plantes sont légion. Les niveaux élevés d'azote, les dommages causés par les tempêtes, la densité du sol, la maladie, la date des semis, la surpopulation et le type de graines sont tous des facteurs contribuant à la verse dans les cultures céréalières. Les plantes les plus fréquemment touchées par la verse sont le maïs, mais d'autres céréales et cultures céréalières sont également menacées.

Les deux types de versements des plantes peuvent se produire par coïncidence ou séparément, mais leur effet sur la culture réduit la santé globale et la récolte. Certains types de semences, comme les céréales semi-naines, peuvent être moins à risque que les semences standard.

Les principales causes de la verse des plantes sont le surpeuplement, le sol humide et l'excès d'azote dans le sol.

Des populations de plantes élevées et un sol trop humide provoquent la verse des racines là où les racines sont déplacées du sol. Un sol humide est instable et ne permet pas une prise de pied adéquate pour les jeunes racines.

Les champs surpeuplés empêchent les plantes de pousser des talles, qui deviennent les racines de la couronne - les principaux points d'ancrage de la plante.

Des niveaux élevés d'azote créent un environnement qui encourage la croissance des tiges et des feuilles, mais le taux rapide peut causer des tiges faibles et maigres qui sont trop faibles pour se tenir debout. Ceci est connu comme l'effet de la verse de la tige sur les plantes.

Effet d'hébergement sur les plantes

L'excès d'humidité ou d'azote et les champs fortement peuplés ne sont pas les seules raisons de la verse des plantes. Les deux types de versements végétaux peuvent également être causés par des dégâts de tempête, qui affaiblissent les tiges et les racines.

Les plantes à l'ombre ou qui poussent trop haut sont également à risque de verse sur la tige. Les mauvaises herbes et les maladies fongiques sont d'autres conditions qui affectent les pousses et les racines.

Quelle que soit la cause, la céréale s'affaiblit et a tendance à former des graines plus tôt. Le rendement est inférieur et la teneur en éléments nutritifs est affectée négativement. Les rendements de maïs sont les plus affectés si la verse se produit au stade de l'émergence de l'épi. D'un point de vue strictement mécanique, les plantes logées dans la tige sont plus difficiles à récolter et il y a plus de déchets. Les tiges sont plus sensibles à la pourriture des tiges, tout comme les racines perturbées.

Empêcher l'hébergement des plantes

De nouvelles souches de céréales ont été développées avec l'introduction de gènes semi-nains. Cela minimise la verse mais réduit également le rendement.

Séparer les graines, modifier le sol pour un drainage adéquat, retarder la fertilisation azotée et régulateurs de croissance des plantes sont autant de méthodes pour réduire les pertes dues à la verse.

Les plantes affectées par la verse ne devraient pas recevoir d'azote tant que le système racinaire n'a pas eu le temps de labourer et de former des racines de la couronne. Cela signifie qu'il n'y a pas d'engrais tant que le grain n'est pas âgé de trois à quatre semaines.

Malheureusement, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour contrôler Dame Nature, donc le vent et la pluie seront toujours un facteur contributif à l'hébergement. Cependant, les nouvelles souches et certaines bonnes pratiques agronomiques devraient être bénéfiques pour réduire le nombre de plantes touchées.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le

En savoir plus sur les soins généraux du potager


Hébergement

flexion de la tige d'une plante (verse de la tige) ou de la plante entière (verse des racines).

La verse de la tige est causée par la grande charge de croissance luxuriante sur la partie inférieure de la tige. Elle est causée par une prolifération excessive, un niveau d'azote élevé, un arrosage abondant et un ombrage. L'hébergement se produit également dans les champs avec des mauvaises herbes grimpantes et des maladies fongiques qui affectent les pousses et les racines des plantes. Les grains de pain se logent le plus souvent à la fin du stade laitier et au début du stade de la pâte, moment auquel le poids de la matière non développée est le plus élevé. Pendant cette période, les parois des cellules de la tige peuvent se décomposer partiellement pour former des graines, ce qui affaiblit la paille. La verse des racines se produit lorsque les racines sont mal ancrées dans le sol en raison d'un excès d'humidité. Le grain des plantes logées se forme anormalement, il est maladif, sa teneur en nutriments est inférieure à la normale et son rendement diminue. La récolte mécanisée des plantes logées est difficile et les pertes de récolte augmentent.

Les mesures pour empêcher la verse comprennent l'élevage de variétés résistantes à la verse en respectant les normes de taux et de profondeur de semis en utilisant des doses optimales d'engrais azoté en combinaison avec du phosphore, du potassium et des microfertilisants et le traitement des cultures avec des inhibiteurs de croissance (par exemple, le chlorure de chlorocholine).

Vous voulez remercier TFD pour son existence? Parlez de nous à un ami, ajoutez un lien vers cette page ou visitez la page du webmaster pour obtenir du contenu amusant et gratuit.


Tchernobyl: mettre fin à une catastrophe

Une arche de 32 000 tonnes qui coûtera au final 1,5 milliard de dollars est en cours de construction à Tchernobyl, en Ukraine, pour éliminer pratiquement tout risque de contamination supplémentaire sur le site de l'explosion du réacteur nucléaire de 1986.

Le Dr Mousseau a déclaré que pendant des années, il avait poursuivi la recherche sur Tchernobyl en grande partie par intérêt personnel. Mais cela a changé après l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima au Japon en 2011. Bien que les deux accidents aient été différents - à Tchernobyl, le réacteur a explosé, tandis qu'à Fukushima, les cœurs ont fondu et il y a eu une explosion à l'extérieur du réacteur lui-même - le résultat était essentiellement le idem: contamination radioactive sur une vaste zone.

«Personne ne s’attendait vraiment à ce qu’il y ait une autre catastrophe nucléaire de cette ampleur», a-t-il déclaré. "Mais il est clair maintenant après Fukushima que tout cela a une certaine pertinence."

Le Dr Mousseau a élargi son travail pour inclure des études similaires au Japon - il y a fait une dizaine de voyages. Déjà, a-t-il dit, il constate des effets semblables à ceux de Tchernobyl dans la zone contaminée autour de l'usine de Fukushima, mais il doit collecter des données pendant au moins quelques années de plus avant de pouvoir être sûr de l'impact.

«Si nous trouvons le même type de dose-réponse aux deux endroits», a-t-il dit, «cela confère une force incroyable à l'hypothèse selon laquelle c'est bien le rayonnement qui conduit à ces impacts négatifs.»


Quand dois-je nettoyer mes outils et mes contenants?

  • À l'automne avant de les ranger pour l'hiver.
  • Au printemps avant de les utiliser si vous ne les avez pas nettoyés à l’automne.
  • Après avoir travaillé avec une plante infectée et avant de passer à la plante suivante.
  • Après avoir utilisé vos outils sur un autre site de jardinage et avant de les utiliser à la maison.

Comment nettoyer avec des désinfectants efficaces

Nettoyez bien les articles avant de les désinfecter

La saleté et les débris laissés sur les outils interféreront avec le processus de désinfection et réduiront son efficacité, supprimez donc tous les débris visibles de terre et de plantes.

  • Le lavage avec de l'eau et du savon ou un détergent éliminera la graisse et la saleté.
  • Utilisez une brosse dure pour enlever la saleté, en particulier sur les surfaces rugueuses.
  • Un jet d'eau dur ou un pulvérisateur sous pression enlèvera la saleté incrustée des outils et pénètrera dans des espaces restreints comme entre les dents d'un motoculteur.
    • Envisagez de retirer des pièces comme les dents pour nettoyer et pulvériser à fond (voir le manuel de votre équipement).
  • La plupart du bois utilisé pour les jardinières repousse naturellement les bactéries et les champignons, mais il peut se salir.
    • Lavez les jardinières en bois avec de l'eau chaude savonneuse, laissez sécher et huilez ou essuyez avec un agent de préservation du bois.

Mise en garde concernant les désinfectants: Les produits chimiques utilisés pour désinfecter peuvent dégager des vapeurs nocives et brûler la peau. Lisez l'étiquette, utilisez comme indiqué et portez un équipement de protection individuelle comme des lunettes et des gants lorsque l'étiquette le recommande.

  • Stockez toujours hors de portée des enfants et des adultes vulnérables et dans un endroit sec à température stable.
  • Ne mélangez jamais de désinfectants avec d'autres produits chimiques.
  • S'ils sont mal utilisés, les désinfectants peuvent nuire à l'utilisateur. Si vous soupçonnez une intoxication, appelez le 911 ou la hotline antipoison 1-800-222-1222.

Ingrédient actif .1% de saccharinate d'alkyl diméthylbenzylammonium

Il existe différents produits qui contiennent l'ingrédient actif ci-dessus, alors vérifiez l'étiquette du produit. Un produit est le nettoyant tout usage Lysol® *. La recherche a montré que cette formulation éliminera les bactéries, les champignons et les virus des outils. Ce produit ne corrode pas le métal et n'endommage pas le tissu. Ne pas utiliser sur du bois poli, des surfaces peintes ou des plastiques acryliques.

Livré généralement prêt à l'emploi

À utiliser de préférence sur:

  • Petits outils à main comme des sécateurs, des élagueurs, des truelles, des scies à arbre, des élagueurs à perche.
  • Petits pots et soucoupes, étiquettes de plantes, pinces, cravates.
  • Zones difficiles d'accès comme les dents et les lames, et les outils décorés comme les treillis, les supports de plantes, les paniers suspendus.

Comment utiliser:

  • Nettoyez toute la saleté et les débris visibles des outils, y compris les crevasses.
  • Tremper l'outil, vaporiser directement sur un outil ou tremper l'outil pendant 2 minutes.
  • Laissez sécher à l'air.
  • Conseil: certains experts qui élaguent plusieurs arbres conseillent d'avoir deux outils d'élagage à portée de main. Ils laissent l'un tremper dans le désinfectant tout en faisant des coupes avec l'autre. Lorsqu'ils passent à la plante suivante, ils changent de sécateur.

* Lysol® est une marque déposée de Reeckitt Benckiser Group plc. L'utilisation de noms commerciaux est uniquement à des fins de clarté et d'éducation et n'implique pas l'approbation d'une marque ou d'un produit en particulier.

Eau de Javel (5,25% d'hypochlorite de sodium)

L'eau de Javel est un produit ménager courant et peu coûteux.

  • Cela peut endommager le tissu.
  • Il corrode le métal et n'est pas recommandé pour les outils d'élagage et de coupe qui nécessitent un bord tranchant car il peut créer des piqûres et des entailles dans le métal.
  • Jetez l'eau de Javel après utilisation en la versant dans l'évier.

Ne le versez PAS dans votre jardin car il peut nuire aux plantes et aux organismes bénéfiques du sol.

Préparez une solution d'eau de Javel à 10%

  • Mélanger une partie d'eau de Javel avec 9 parties d'eau dans un récipient en plastique suffisamment grand pour immerger tout ou partie de l'article.
  • NE JAMAIS mélanger l'eau de Javel avec autre chose que de l'eau ou du détergent à lessive, car des gaz dangereux et toxiques peuvent être générés qui peuvent être nocifs pour votre santé et pour les autres autour de vous.

Idéal pour:

  • Grands outils à main tels que pelles, pelles, râteaux.
  • Piquets, poteaux, treillis simples, cages à tomates, grands récipients et pots.

Comment utiliser:

  • Nettoyez toute la saleté visuelle et les débris des outils.
  • Trempez, aspergez ou vaporisez les outils avec la solution d'eau de Javel à 10%. Cela tuera les champignons, les bactéries et les virus en quelques secondes.
  • Retournez les articles plus grands dans le seau pour vous assurer que toutes les pièces sont traitées.
  • Laisser sécher complètement les outils et l'équipement.
  • Frottez les objets en métal avec quelques gouttes d'huile de lin, d'huile d'abrasin ou d'huile minérale. N'utilisez pas d'huile moteur car elle pourrait se transférer aux plantes. Si de la rouille se développe, utilisez de la laine d'acier ou une brosse métallique pour enlever et huiler à nouveau.

Alcool à friction (alcool isopropylique, concentration 70%)

L'alcool est inflammable, alors prenez des précautions. Selon le Center for Disease Control, l'alcool isopropylique à des concentrations de 70% ou plus désinfectera les surfaces contre les bactéries, les champignons et les virus.

L'alcool peut NE PAS désinfecter efficacement les outils d'élagage utilisés sur les pommiers infectés par le feu bactérien.


Ravageurs et maladies

Le retard de croissance est également un symptôme de nombreux types de maladies des plantes. Les plantes saines en bon état de croissance sont moins sensibles aux maladies, mais les agents pathogènes peuvent se propager dans tout votre jardin, alors assurez-vous d'identifier tout problème.

Les maladies des plantes les plus courantes sont causées par des champignons, note l'Université du Kentucky. Outre le retard de croissance, les symptômes d'une infection fongique comprennent le flétrissement, les taches foliaires, les fruits pourris et les feuilles épaisses et recourbées. Certaines maladies fongiques comprennent l'oïdium, le mildiou, la fumagine, la pourriture des racines et la pourriture de la couronne. Assurez-vous d'enlever et de détruire toutes les parties de la plante touchées pour éviter la propagation de la maladie. Dans certains cas, le traitement des plantes avec un fongicide peut aider à contrôler l'infection.

Les insectes et autres ravageurs peuvent également endommager les plantes et, selon la gravité de l'infestation, provoquer un retard de croissance. Les nématodes, petits vers ronds, peuvent également attaquer les plantes et provoquer un retard de croissance. D'autres symptômes comprennent le jaunissement de la plante, le déclin, la perte de vigueur et la mort. Les bonnes pratiques culturales contrôleront généralement les nématodes, mais vous pouvez également appliquer un nématocide si nécessaire.

Maureen Malone est écrivain professionnel depuis 2010 Elle est située à Tucson, en Arizona, où elle aime la randonnée, l'équitation et les arts martiaux. Elle est une amoureuse de plein air qui passe ses week-ends à entretenir son jardin arboré et son petit verger d'arbres fruitiers.


Bhatia CR, Joshua DC, Mathews H (1985) Variation somaclonale: une interprétation génétique basée sur les taux d'aberrations et de mutations chromosomiques spontanées. Dans: Govil CM, Kumar V (eds) Trends in Plant research. Bishen Singh Mahendra Pal Singh, Dehra Dun, Inde, pp 317–326

Bishir J, Namkoong G (1987) Graines non saines chez les conifères: estimation du nombre d'allèles létaux et de l'ampleur des effets associés au parent maternel. Silvae Genet 36: 180–185

Brandham PE (1976) La fréquence des changements structurels spontanés. Dans: Jones K, Brandham PE (eds) Current chromosome research. Elsevier / North Holland Biomedical Press, Amsterdam, pp 77–87

Brandham PE (1983) Evolution dans un système chromosomique stable. Dans: Brandham PE, Bennett MD (eds) Kew chromosome conference, vol II. George Allen et Unwin, Londres, pp 251-260

Caspari E (1948) Hérédité cytoplasmique. Dans: Demerec M (ed) Advances in genetics, vol II. Academic Press, New York, pp 1–66

Crow JF (1958) Quelques possibilités pour mesurer les intensités de sélection chez l'homme. Hum Biol 30: 1–13

Crow JF, Kimura M (1970) Une introduction à la théorie de la génétique des populations. Harper and Row, État de New York

Crumpacker DW (1967) Charges génétiques dans le maïs (Zea mays L.) et d'autres plantes et animaux à fertilisation croisée. Evol Biol 1: 306–424

D'Amato F, Hoffmann-Ostenhof O (1956) Métabolisme et mutations spontanées chez les plantes. Adv Genet 3: 1–28

Davidson D (1960) Cellules initiales du méristème dans les racines irradiées de Vicia faba. Ann Bot 24: 287-295

Dobzhansky T (1955) Une revue de quelques concepts et problèmes fondamentaux de la génétique des populations. Cold Spring Harbor Symp Quant Biol 20: 1–15

Dobzhansky T (1970) Génétique du processus évolutif. Columbia University Press, New York

Eldridge KG, Griffin AR (1983) Selfing effets dans Eucalyptus regnans. Silvae Genet 32: 216-221

Eriksson G, Schelander B, Akebrand V (1973) Dépression de consanguinité dans une ancienne plantation expérimentale de Picea abies. Hereditas 73: 185–194

Fowler DP (1965a) Effets de la consanguinité chez le pin rouge, Pinus resinosa Ait. II. Etudes de pollinisation. Silvae Genet 14: 12–23

Fowler DP (1965b) Effets de la consanguinité chez le pin rouge, Pinus resinosa Ait. III. Facteurs affectant le selfing naturel. Silvae Genet 14: 37–45

Fowler DP (1965c) Effets de la consanguinité chez le pin rouge, Pinus resinosa Ait. IV. Comparaison avec d'autres nord-est Pinus espèce. Silvae Genet 14: 76–81

Frankel R (1983) Hétérose. Springer, Berlin Heidelberg New York

Giles N (1940) Aberrations chromosomiques spontanées chez Tradescantia. Génétique 25: 69–87

Griffin AR, Moran GF, Fripp YJ (1987) Outcrossing préférentiel dans Eucalyptus regnans F. Muell. Aust J Biol 35 (sous presse)

Grun P (1976) Génétique cytoplasmique et évolution. Columbia University Press, New York

Haldane JBS (1937) L'effet de la variation sur la forme physique. Am Nat 71: 337–349

Jacquard A (1974) La structure génétique des populations. Springer, Berlin Heidelberg New York

Jaynes RA (1968) Auto incompatibilité et dépression de consanguinité chez trois lauriers (Kalmia) espèces. Proc Am Soc Hort Sci 93: 618–622

Jaynes RA (1969) Comptage chromosomique de Kalmia espèces et réévaluation des K. polifolia var. microphylla. Rhodora 71: 280-284

Jinks JL (1983) Génétique biométrique de l'hétérosis. Dans: Frankel R (ed) Heterosis. Springer, Berlin Heidelberg New York, pp 1–46

Jones DF (1940) Changements nucléaires affectant la croissance. Am J Bot 27: 149–155

Jones DF (1941) Ségrégation somatique. Bot Ap 7: 291-307

Jones DF (1952) Plasmagènes et chromogènes dans l'hétérosis. Dans: Gowen JW (ed) Heterosis. Iowa State College Press, Ames, Iowa, pp 224-235

Jones DF, Stinson HT Jr, Khoo U (1957) Variations transmissibles du cytoplasme au sein des espèces de plantes supérieures. Proc Natl Acad Sci 43: 598–602

Jørgensen JH, Jensen HP (1986) La fréquence de mutation spontanée de la chlorophylle dans l'orge. Hereditas 105: 71–72

Klekowski EJ Jr (1984) Charge mutationnelle chez les plantes clonales: une étude de deux espèces de fougères. Évolution 38: 417–426

Klekowski EJ Jr (1988a) Mutation, sélection développementale et évolution des plantes. Columbia University Press, New York

Klekowski EJ Jr (1988b) Croisement progressif et auto-stérilité associés au vieillissement des clones de fougères et peut-être d'autres plantes. Heredity (sous presse)

Klekowski EJ Jr (1988c) Mécanismes qui maintiennent l'intégrité génétique des plantes. In: Greuter W, Zimmer B (eds) Proceedings of the XIV International Botanical Congress. Koeltz, Königstein / Taunus (sous presse)

Klekowski EJ Jr, Kazarinova-Fukshansky N, Fukshansky L (1988) Modèles d'ontogénie végétale pouvant influencer la stase génomique. Am J Bot (sous presse)

Kondrashov AS (1982) Sélection contre les mutations nuisibles dans de grandes populations sexuelles et asexuées. Genet Res 40: 325–332

Kondrashov AS (1984) Les mutations délétères comme facteur évolutif. 1. L'avantage de la recombinaison. Genet Res 44: 199-217

Koski V (1973) Sur l'autopollinisation, la charge génétique et la consanguinité subséquente chez certains conifères. Commun Inst For Fenn 78.10: 1–40

Levin DA (1984) Dépression de la consanguinité et succès de croisement dépendant de la proximité Phlox drummondii. Évolution 38: 116-127

Lewontin RC (1974) La base génétique du changement évolutif. Columbia University Press, New York

Libby WJ, McCutchan BG, Millar CI (1981) Dépression de consanguinité chez les séquoias. Silvae Genet 30: 15–25

Masuyama S (1979) Biologie de la reproduction de la fougère Phegopteris decursive-pinnata I. Les systèmes d'accouplement dissemblables des diploïdes et des tétraploïdes. Bot Mag Tokyo 92: 275-289

Mettler LE, Gregg TG, Schaffer HE (1988) Génétique des populations et évolution, 2e éd. Prentice Hall, falaises d'Englewood, New Jersey

Morton NE, Crow JF, Muller HJ (1956) Une estimation des dommages mutationnels chez l'homme à partir de données sur les mariages consanguins. Proc Nad Acad Sci USA 42: 855–863

Muller HJ (1950) Notre charge de mutations. Am J Hum Genet 2: 111-176

Namkoong G, Bishir J (1987) La fréquence des allèles létaux dans les populations d'arbres forestiers. Évolution 41: 1123-1127

Novick A, Szilard L (1950) Expériences avec le chimiostat sur des mutations spontanées de bactéries. Proc Natl Acad Sci USA 36: 708–719

Novick A, Szilard L (1951) Mécanismes génétiques chez les bactéries et virus bactériens. I. Expériences sur les mutations spontanées et chimiquement induites de bactéries se développant dans le chémostat. Cold Spring Harb Symp Quant Biol 16: 337–343

Ohnishi O (1982) Génétique des populations de sarrasin commun cultivé, Fagopyrum esculentum Moench. I. Fréquence des mutants déficients en chlorophylle dans les populations japonaises. Jpn J Genet 57: 632–639

Russell WA, Sprague GF, Penny LH (1963) Mutations affectant les caractères quantitatifs dans les lignées de maïs consanguines de longue date. Crop Sci 3: 175–178

Rutishauser A, La Cour LF (1956) Rupture chromosomique spontanée dans l'endosperme. Nature 177: 324–325

Sankaranarayanan K (1979) Le rôle de la non-disjonction dans l'aneuploïdie chez l'homme. Un aperçu. Mutat Res 61: 1–28

Schlarbaum SE, Tsuchiya T (1984) Une étude chromosomique du séquoia côtier, Sequoia sempervirens [(D. Don) Endl.]. Silvae Genet 33: 56–62

Schneller JJ (1979) Enquêtes biosystématiques sur la fougère cendrée (Athyrium filix-femina). Pl Syst Evol 132: 255–277

Shull GH (1952) Début du concept d'hétérosis. Dans: Gowen JW (ed) Heterosis. Iowa State College Press, Ames, Iowa, pp 14–48

Sorensen F (1969) Charge génétique embryonnaire chez Douglasfir côtier, Pseudotsuga Menziesii var. Menziesii. Am Nat 103: 389–398

Sprague GF, Russell WA, Penny LH (1960) Mutations affectant les caractères quantitatifs de la descendance autodidacte de stocks de maïs monoploïdes doublés. Génétique 45: 855–866

Srivastava HK (1981) Interaction intergénomique, hétérosis et amélioration du rendement des cultures. Adv Agron 34: 117–195

Stadler LJ (1942) Quelques observations sur la variabilité des gènes et la mutation spontanée. Les conférences commémoratives Spragg sur la sélection végétale (3e série). Michigan State College, East Lansing

Stevens JP, Bougourd SM (1988) Dépression de consanguinité et taux de croisement dans les populations naturelles de Allium schoenoprasum L. (ciboulette sauvage). Hérédité 60: 257-261

US Department of Agriculture, Forest Service (1974) Semences de plantes ligneuses aux États-Unis. Manuel agricole de l'USDA n ° 450, Washington, D. C.

Wallace B (1970) Charge génétique. Prentice-Hall, falaises d'Englewood, New Jersey

Wallace B (1981) Génétique de base des populations. Columbia University Press, New York

Warne TR, Lloyd RM (1981) Consanguinité et homozygotie chez la fougère, Ceratopteris pteridoides (Hooker) Hieronymus (Parkeriaceae). Bot J Linn Soc 83: 1–13

Wilby AS, Parker JS (1988) Mendélien et non-mendélien héritage des réarrangements chromosomiques nouvellement apparus. Hérédité 60: 263-268

Wilcox MD (1983) Dépression de la consanguinité et variances génétiques estimées à partir de familles autogames et allogames de Pinus radiata. Silvae Genet 32: 89–95

Ying CC (1978) Performance de l'épinette blanche [Picea glauca (Moench) Voss] descendants après l'auto-élevage. Silvae Genet 27: 214–215

Zirkle C (1952) Premières idées sur la consanguinité et le croisement. Dans: Gowen JW (ed) Heterosis. Iowa State College Press, Ames Iowa, pp 1–13


Caractéristiques Agronomie Les effets des hormones végétales

Les hormones végétales sont des substances chimiques présentes dans les plantes qui régulent presque tous les aspects de la croissance et du développement des plantes. Les hormones jouent un rôle essentiel dans la façon dont les plantes réagissent aux facteurs biotiques et abiotiques, y compris la lumière du soleil, les conditions du sol, l'eau du sol et les nutriments. Les hormones sont naturellement présentes dans les plantes, mais certaines hormones spécifiques peuvent être fabriquées de manière synthétique pour être appliquées aux cultures.

9 avril 2018 Par Ross H. McKenzie PhD P.Ag.

La verse montrée dans cette récolte de céréales pourrait potentiellement être réduite grâce à l'utilisation de régulateurs de croissance des plantes. Les hormones végétales sont des substances chimiques présentes dans les plantes qui régulent presque tous les aspects de la croissance et du développement des plantes.

Les hormones végétales sont regroupées en cinq classes en fonction de leur composition chimique: acide abscissique, auxines, cytokinines, éthylène et gibbérellines. Ces hormones contrôlent ou influencent tous les aspects de la croissance et de la reproduction des plantes, y compris la germination des graines, la croissance des racines, des tiges et des feuilles, la floraison des plantes, le développement des graines, le remplissage des graines et la dormance des graines.

Dans l'Ouest canadien, nous utilisons actuellement deux types de régulateurs de croissance des plantes (PGR) qui sont disponibles dans le commerce. Le premier type sont des agents libérant de l'éthylène (par exemple, Ethrel, avec l'ingrédient actif éthéphon) homologués pour une utilisation avec le blé. Lorsqu'il est appliqué au stade de croissance de la feuille étendard (GS 38), un agent libérant de l'éthylène diminue la hauteur de la plante et augmente l'épaisseur de la paroi de la tige. Le deuxième type de PGR est l'inhibiteur de la gibbérelline, qui réduit l'allongement de la tige, raccourcit la récolte et réduit la verse. Dans l'Ouest canadien, le Manipulator (ingrédient actif chlormequat) est homologué pour utilisation sur le blé.

Les hormones végétales sont souvent interactives pour aider les cultures à répondre à des conditions environnementales variables. À mesure que nous en apprenons davantage sur la façon dont les cultures poussent et comment les hormones influencent la croissance et le rendement des cultures, plus nous pouvons utiliser la science pour améliorer la croissance et la production des cultures.

Acide abscisique
Le principal effet de l'acide abscisique est l'inhibition de la croissance cellulaire. La concentration d'acide abscisique augmente dans les graines en développement pour favoriser la dormance. L'acide abscisique est relativement riche dans les graines, mais juste avant la germination de la graine, le taux d'acide abscisique diminue. Pendant la germination et la croissance précoce des semis, le taux d'acide abscisique continue de diminuer. Lorsque les plantes commencent à produire des pousses et des feuilles, les niveaux d'acide abscisique augmentent. À mesure que les niveaux continuent d'augmenter, la croissance des parties plus âgées et matures des plantes est ralentie et interrompue.

Les plantes produisent de l'acide abscissique en réponse au stress hydrique. L'acide abscisique est produit dans les feuilles et les racines affectées par la sécheresse et dans les graines en développement. L'acide abscisique se déplace vers les stomates pour empêcher la perte d'eau à travers les stomates.

Auxins
Les auxines sont responsables de nombreux aspects de la croissance des plantes, y compris l'élongation cellulaire et la stimulation de la croissance des pousses. Les auxines sont responsables de la façon dont les plantes poussent vers la lumière, un processus appelé phototropisme. Les auxines régulent les cellules qui s'allongent pour contrôler la direction de croissance des plantes. L'auxine est principalement fabriquée dans les extrémités des pousses et dans certaines parties des fleurs et des graines en développement. Les auxines maintiennent la dominance de la pousse principale sur la croissance des talles et des bourgeons, et maintiennent la domination de la croissance des racines principales sur la croissance des racines latérales. Les auxines contrôlent le vieillissement et la sénescence des plantes et jouent un rôle dans la dormance des graines. Cependant, les racines des plantes sont très sensibles aux niveaux d'auxine, ce qui peut inhiber la croissance des racines.

Les auxines synthétiques, telles que le 2,4-D, sont utilisées comme herbicides pour tuer de nombreux types de plantes à feuilles larges. Cet herbicide agit en faisant en sorte que les cellules des tissus qui transportent l'eau et les nutriments se divisent et se développent sans s'arrêter, provoquant littéralement la mort des plantes.

Les cytokinines
Les cytokinines et les auxines ont tendance à travailler ensemble. Le rapport de ces deux groupes hormonaux affecte la croissance tout au long du cycle de vie d’une plante. Normalement, les deux sont relativement uniformes en concentration dans les plantes. Lorsque les niveaux de cytokinine sont inférieurs aux niveaux d'auxine, la plante est en croissance végétative. À mesure que les niveaux de cytokinine augmentent et que les niveaux d'auxine diminuent, la plante passe au stade de croissance reproductrice. Un niveau de cytokinine plus élevé peut faire en sorte que les plantes aient des espacements internodaux plus courts.

Éthylène
L'éthylène est un hydrocarbure gazeux qui se produit souvent en plus grandes quantités lorsque les plantes répondent à un stress biotique ou abiotique. L'éthylène peut diffuser de son site d'origine dans l'air pour affecter les plantes environnantes. Les racines, les fleurs sénescentes et les graines en cours de maturation peuvent produire de grandes quantités d'éthylène. La production d'éthylène peut être favorisée par les auxines.

Gibberellins
Les hormones de la gibbérelline jouent un certain nombre de rôles. Ils sont présents dans les pousses et les graines des plantes. Au départ, les gibbérellines provoquent la germination des graines. Les gibbérellines aident à contrôler la transition de la croissance végétative à la croissance reproductive. Les gibbérellines jouent un rôle important dans la résistance de la tige et favorisent l'allongement de la tige entre les nœuds de la tige. L'augmentation des niveaux de gibbérelline allongera les entre-nœuds pour augmenter la longueur de la tige. Une réduction de la gibbérelline réduit la longueur de la tige entre les entre-nœuds pour provoquer des plantes naines. Cela se traduit par moins d'espace entre les nœuds sur une tige et les feuilles sont regroupées plus près les unes des autres.

Le canola
Les producteurs de canola s'efforcent constamment d'obtenir des rendements plus élevés en maximisant leurs populations de plantes, ce qui augmente la concurrence entre les plantes voisines pour la lumière du soleil. Les hormones répondent à une concurrence accrue de la lumière du soleil en stimulant l'allongement accru de la tige. Une concurrence accrue peut amener les plantes à mettre plus d'énergie dans la croissance de l'allongement de la tige par rapport à la surface foliaire étendue. Cela provoque des plantes plus hautes avec des tiges plus minces et un développement de la surface foliaire réduit, entraînant finalement des rendements réduits plutôt qu'un rendement accru.

Une concurrence accrue entre les plantes peut augmenter les niveaux de gibbérelline et d'auxine, associée à une réduction des niveaux d'éthylène. En théorie, l'application d'éthéphon, ou d'un retardateur de croissance, pourrait être utilisée pour réguler la morphologie et la croissance des pousses. À l'avenir, les sélectionneurs de canola devront peut-être inclure des caractéristiques naines dans les nouvelles variétés de canola pour réduire la hauteur des plants et augmenter la surface foliaire pour augmenter le potentiel de rendement du canola.

Le rendement du canola est fortement affecté par la disponibilité de l'eau et des éléments nutritifs et est également influencé par plusieurs hormones végétales. Un niveau optimal d'éthylène est nécessaire pour le développement reproductif du canola. L'éthylène peut jouer un rôle dans le développement et la maturité des graines de canola. Le nombre de graines par gousse dans le canola est affecté par la gibbérelline. Une augmentation ou une diminution de la production d'éthylène par rapport aux niveaux normaux pendant la floraison peut entraîner l'avortement des graines et la perte des graines.

Pois
L'éthylène contrôle l'allongement de la tige du pois. Lorsque les plants de pois en germination rencontrent une croûte de sol superficielle, l'hormone de l'éthylène augmente en réponse à ce stress abiotique en inhibant l'allongement cellulaire et, à son tour, fait que les tiges de pois sont plus courtes et plus épaisses. Cela donne à la pousse de pois une plus grande force pour pousser et percer efficacement le sol en croûte pour réussir à émerger.

Les cultivars de pois de l'Ouest canadien sont généralement semi-nains et semi-sans feuilles à la croissance. Le développement des feuilles et des vrilles de pois est fortement contrôlé par les hormones végétales. Une longueur de tige plus courte est causée par une mutation génique qui diminue l'efficacité de la gibbérelline. La mutation entraîne des niveaux inférieurs de gibbérelline dans la tige, ce qui donne des plants de pois avec des entre-nœuds plus courts et une longueur de tige réduite. Un pois semi-sans feuilles a des feuilles stipulées qui entourent la tige principale, mais n'a pas de folioles. Les vrilles sont plus prononcées, provoquant l'entrelacement des vrilles entre les plantes pour maintenir les plantes debout. Cela permet au pois de rester plus droit au fur et à mesure qu'il grandit et mûrit, ce qui facilite la récolte. Au cours du développement des feuilles et des vrilles, qui proviennent du bourgeon apical (point de croissance), les folioles se forment dans les zones à faible taux d'auxine et les vrilles se forment dans les zones à forte teneur en auxine.

Du blé
Ces dernières années, la sélection des cultures céréalières a utilisé des variétés de blé nain avec une sensibilité altérée ou modifiée aux gibbérellines. La recherche a montré que le blé avec des niveaux réduits de gibbérellines actives pour la croissance a des tiges plus courtes qui réduisent la verse et peuvent améliorer le rendement en grains.

Des produits chimiques régulateurs de croissance des plantes peuvent être appliqués pour contrôler la verse des génotypes de blé plus grands. Des recherches récentes dans l'Ouest canadien ont montré les effets de l'application de PGR, mais les résultats sont grandement affectés par les taux d'application et le stade de croissance des cultures d'application. Il existe même des différences variétales en réponse à l'application de PGR.

Différents types de produits PGR sont utilisés en Europe avec les céréales. Les inhibiteurs les plus courants des gibbérellines sont le chlorure de chlormequat (Cycocel), le trinexapac-éthyle (PrimoMaxx ou Moddus) et le paclobutrazol (Cultar) (Kurepin et al.2013). La plupart sont appliqués aux stades de croissance précoces pour réduire la verse et augmenter le rendement en grains. Il a été démontré que des applications ultérieures réduisent le rendement en grains.

Il y a eu des progrès prometteurs dans la compréhension de l'acide abscisique, des hormones d'éthylène et de cytokinine dans les voies de réponse de signalisation dans les plantes et les interactions entre elles qui peuvent avoir un impact sur la croissance et le rendement des cultures. Les chercheurs se rendent compte que la modification des ratios et de l'abondance relative des concentrations d'hormones dans les plantes peut être une meilleure stratégie que des modifications de la concentration d'une seule hormone pour améliorer la réponse des cultures au stress ou pour obtenir un rendement optimal des cultures.

La recherche constate que la réponse des cultures aux stress abiotiques ou biotiques entraîne souvent des réponses hormonales qui se chevauchent. La sélection et la gestion des cultures pour un acide abscisique particulier: éthylène et acide abscisique: les ratios de cytokinines ou les abondances relatives peuvent être une stratégie appropriée à l'avenir.

Au fur et à mesure que les chercheurs acquièrent une meilleure connaissance et une meilleure compréhension des hormones végétales sur la croissance des cultures, des pratiques de sélection et de gestion des cultures peuvent être développées pour améliorer davantage la production et le rendement des cultures.


Voir la vidéo: Comment voir le mot de passe de son compte google comment trouver le mot de passe google