Informations

Espagne, Pays Basque, Cantabrie et Asturies - Récit de mon voyage en Espagne

Espagne, Pays Basque, Cantabrie et Asturies - Récit de mon voyage en Espagne


VOYAGE EN ESPAGNE

Pays basque, Cantabrie et Asturies: l'air vif de l'Espagne atlantique

Pages 1 à 2 à 3

JOUR 3:

Nous avons trouvé plusieurs hôtels qui servent le petit déjeuner à partir de 9h30, comme pour dire "Vas-y doucement, vous êtes en vacances!". Donc, à 9:32 minutes, nous nous présentons pour un petit déjeuner rapide, sans infamie et sans louanges. Nous interrogeons le propriétaire sur la météo .... il fait une vérification rapide sur le web, et répond avec un sourire "Soleil!", Tout en observant des nuages ​​noirs menaçants se rassembler sur les collines environnantes et un sourcil se lève, comme le docteur "Spock" .. ... Nous sommes dans la zone du parc national des Picos de Europa, très populaire auprès de ceux qui pratiquent l'alpinisme et le trekking, avec des sommets de plus de 2600 mètres. Aujourd'hui un passage rapide entre ces montagnes est prévu, avant de regagner la côte. Nous partons tard, également à cause de l'heure du petit-déjeuner, l'AutoviaCantabrica est très en désordre, et nous prenons beaucoup de temps pour entrer dans les Picos. Dès que vous quittez le village de Panes, les nuages ​​se dissipent et cèdent la place à un ciel très bleu. Nous entrons dans les gorges très étroites des Picos, la route est spectaculaire par la façon dont elle a été creusée dans la roche. Nous passons le village microscopique de La Hermida, qui pendant quelques mois par an ne voit même pas le soleil, compte tenu de sa position au milieu des gorges, et après de nombreux virages, nous arrivons à la belle église romane de Lebena. Ici, la vallée s'élargit et il fait assez chaud. Nous prenons quelques photos, mais nous ne participons pas à la visite guidée. La journée est merveilleuse, mais les routes ici en montagne ne permettent pas de grandes vitesses, intérêt que nous avons dû rencontrer dans un premier temps. Le paysage est très sauvage, on peut voir beaucoup d'oiseaux de proie tournoyer dans le ciel, mais des montagnes en Italie, nous en avons des dizaines de plus beaux que ceux-ci; certainement l'endroit serait plus apprécié en marchant le long de certains des nombreux sentiers qui s'y trouvent.Voto Picos de Europa: 6

Nous continuons donc sur la N-621 jusqu'à Panes, puis vers Las Arenas. La route est un peu plus fluide et il y a de belles vues sur les Picos. De l'AS-114 nous descendons vers la côte, et faisons la dernière étape de la journée à Lastres. La ville est très jolie, toute perchée sur les rochers, et se termine par une petite marina et une plage attenante. Ici, vous êtes vraiment divinement. On s'assoit sur un banc pour se détendre un peu, le soleil ne se couche plus et sa lumière chaude illumine les maisons des pêcheurs. Certains enfants jouent dans le sable, d'autres se baignent. Nous nous arrêtons dans une boulangerie de la ville, où nous achetons des bonbons typiques à base de pommes et quelque chose à boire, au cas où cela jetterait mal pour le dîner. Puis direction notre hôtel à Cudillero.

Classement Lastres: 7

Nous arrivons sous peu, heureusement cette section de l'Autovia Cantabrica est ultra-rapide, à 120 km / h en permanence. Nous trouvons l'hôtel Casona de Lupac avec quelques difficultés. C'est dans un endroit calme mais magnifique. Il est dommage de ne pas avoir le temps de pouvoir profiter des services. Nous partons chercher quelque chose à manger et jetons un œil à la ville que les guides décrivent comme un petit bijou. Nous nous rendons compte que trouver une place pour la voiture ici n'est pas très facile, nous nous garons donc au début de la ville puis marchons sur la seule route asphaltée, qui serpente à travers des maisons aux grandes fenêtres de style portugais. Les maisons sont construites à flanc de montagne, les unes sur les autres. Soudain, la route termine sa descente et s'élargit pour former un carré arrondi spectaculaire, le tout entouré de maisons aux couleurs pastel. De nombreuses lanternes s'allument, les tables du restaurant sont encore à moitié vides. Un peu plus loin sur le porticciolocon une myriade de mouettes bruyantes tournoyant au-dessus. C'est peut-être la lumière rougeâtre du coucher de soleil ou autre, mais c'est vraiment sympa ici! Nous cherchons un endroit pour manger juste à l'extérieur de la place principale, nous nous installons dans un endroit un peu moins bruyant que les autres. Après avoir déjà commandé, on remarque qu'à une table à côté, notre serveur verse de la bière par terre ... qu'est-ce qu'il fait ?? Nous regardons les clients qui l'admirent avec étonnement ...

Nous retournons vers le serveur, et nous nous rendons compte qu'il verse une bouteille (semblable à un heineken de 66 cl) de liquide jaunâtre au-dessus de sa tête dans un grand verre qu'il tient dans l'autre main ... seule la moitié du liquide vient sur le sol ou éclabousser partout! Après quelques secondes de grande concentration, le serveur pose son verre sur la table avec deux doigts de boisson mousseuse et jaune ... Les clients, apparemment allemands ou anglais, ont failli éclater en applaudissements. Ce n'est que maintenant que nous comprenons que nous nous sommes retrouvés dans l'une des nombreuses cidreries que l'on trouve dans ces zones .... où la boisson typique est versée de cette manière étrange, ce qui lui permet, semble-t-il, d'obtenir le bon degré de gazosité. . Opération peut-être plus spectaculaire qu'autre chose. Nous avons un excellent dîner, et faisons une promenade et quelques photos entre la place illuminée et le petit port non loin, avec des vues suggestives sur la baie.

Classement Cudillero: 7,5

GG4

: Après un petit-déjeuner plus raffiné qu'abondant, nous sommes partis en voiture. Aujourd'hui, nous avons toute la journée à consacrer à la Costa Verde jusqu'à Ribadeo, et un soleil chaud nous accueille depuis le matin.La côte autour de Cudillero offre de belles et pittoresques plages (Playade Aguilar ...), et beaucoup de végétation luxuriante qui atteint presque à terre. Continuez vers l'ouest et prenez la route qui mène à Cabo Vidio. La vue depuis le phare est très agréable. L'endroit est connu, il y a peu de monde. Nous prenons quelques photos puis nous partons pour Cabo Busto, passant des paysages plus verts et plus sauvages. La route menant au phare est vraiment petite, et l'endroit est beaucoup moins touristique que le précédent. Dans certains endroits, vous ne passez pas avec 2 voitures. Le soleil bat bien maintenant, il fait assez chaud. Puisqu'il est l'heure du déjeuner, nous posons les sacs à dos sur nos épaules avec la nourriture achetée la veille, et nous nous installons derrière le phare, avec une vue splendide sur l'océan. Il n'y a personne, et donc, après nous être rafraîchis, nous suivons le chemin qui va vers l'est le plus loin possible. Ici aussi, il y a de belles vues, de nombreuses mouettes et seulement le rugissement des vagues. Nous partons avec la voiture qui ressemble à un four, nous roulons quelques kilomètres, et, suivant les suggestions d'un de nos guides, nous nous arrêtons à Luarca, un autre village de pêcheurs. Il est merveilleusement situé dans une baie pittoresque, venant de la route qui vient du phare, cela fait une grande impression. On voit tout de suite qu'il y a beaucoup de monde, et on laisse notre C3 garée en haut, pour ne pas avoir à traverser le village au redémarrage. Nous descendons plusieurs marches en passant par des ruelles caractéristiques, jusqu'à ce que nous arrivions au petit port, le soleil bat toujours et la promenade n'est pas des plus rafraîchissantes. Le Portopero est très riche en vie, beaucoup de bateaux de pêche, tous bien entretenus, je dirais le plus beau et le plus coloré jamais vu. C'est un triomphe de couleurs, du rouge au vert, du bleu à l'orange .... un spectacle! Nous prenons beaucoup de photos, et nous assistons aux jeux "aquatiques" de quelques enfants locaux, probablement des fils de pêcheurs. La ville est très suggestive, elle a une belle promenade et quelques ruelles caractéristiques au centre, mais nous avons peu de temps et il fait vraiment chaud, certainement une visite plus approfondie. Nous reprenons la voiture et, entrant dans les Asturies, nous nous dirigeons vers notre destination finale, Playa As Catedrales. Heureusement, l'autoroute cantabrique dans cette section ressemble à une vraie autoroute, pas de trafic, donc nous pouvons rapidement rattraper le retard. Nous passons le fjord de Ribadeo, et à notre grande surprise, nous découvrons qu'une sortie d'autoroute a même été aménagée pour la plage. Le paysage, également grâce à la lumière chaude du soleil couchant, est vraiment magnifique. Ici tout, absolument tout, rappelle les régions du nord de l'Europe: très peu de maisons éparpillées çà et là dans les vertes prairies, beaucoup de moutons et de vaches, l'océan à deux pas ... le quartier semble prometteur! Nous suivons les panneaux pour la "Strada delle spiaggia", un petit chemin pavé qui longe plusieurs criques, jusqu'à ce que nous arrivions à destination. Nous sommes stupéfaits de voir une mer de voitures et de camping-cars devant nous ..... oh mon Dieu, quelle foule! La paix et la tranquillité que vous imaginiez un peu plus tôt semblent maintenant disparaître complètement. Nous trouvons une place et suivons le chemin pavé. Il y a des vendeurs et des stands autour. Quelques panneaux explicatifs le long du parcours. Bref on aperçoit la plage et ses formations rocheuses ..... sans aucun doute, elles sont très pittoresques, de nombreuses arches de roches blanches, des formes très particulières, de belles pelouses vertes autour, mais combien de personnes sur la plage ... .. certains couchés, d'autres marchent, d'autres courent ..... Pensons à la façon dont cet endroit devait être il y a quelques années, alors qu'il n'était pas encore si connu (le guide Lonely Planet 2003 ne l'a même pas signalé !), et comme cela a dû être magique! Il y a maintenant aussi un bar / restaurant construit à distance de marche des plages. Malgré la beauté intrinsèque, As Catedrales nous a beaucoup déçus en raison de la si grande présence de touristes. Nous ne prenons pas de photos, nous serons de retour dans la matinée, maintenant il est très tard et nous devons encore trouver l'hôtel à Porto de Rinlo, à quelques kilomètres de là. C'est un petit mais accueillant hôtel, dont le propriétaire parle très bien l'italien car il a passé 1 an en Suisse à travailler comme serveur. Nous dînons à merveille et abondamment avec des fruits de mer et du cidre, servis par la très gentille fille du propriétaire, Marlene, et son petit ami Ivan.

Évaluation Costa Verde: 7,5

Pages 1 à 2 à 3

Cette histoire a été aimablement envoyée par l'un de nos lecteurs. Si vous pensez que cela enfreint le droit d'auteur ou la propriété intellectuelle ou le droit d'auteur, veuillez nous en informer immédiatement en écrivant à [email protected] Merci


Vidéo: The Best Of Rally in Cantabria 2019 PARTE 1 Crashes, Big Show u0026 Mistakes @ecvrally