Nouveau

Rhipsalis baccifera subsp. horrida

Rhipsalis baccifera subsp. horrida


Succulentopedia

Rhipsalis baccifera subsp. horrida (Cactus à queue de souris)

Rhipsalis baccifera subsp. horrida (Mouse Tail Cactus) est un cactus épilithique et épiphyte se ramifiant librement à partir de la base, plus tard aussi…


Rhipsalis baccifera subsp. horrida - jardin


R. baccifera
(Mexique 36336)
reçu de Barthlott vers 1978


R. baccifera
(Chiapis, Mex) avec
gui poussant dessus.

R. baccifera (de Angel Plants en Floride.)

Le type de R. baccifera est supposé provenir des Caraïbes, d'où il a été introduit en Angleterre par Philip Miller en 1758 (Stearn, l.c.). Un spécimen plus ou moins contemporain de R. baccifera dans l'herbier de Schreber (né en 1739, décédé en 1810) est annoté «scum opuntioides H. Kew. Jamaica» (M!).

Cette espèce complexe nécessite une étude plus approfondie et détaillée et le traitement actuel ne doit être considéré que comme provisoire. Telle qu'elle est actuellement circonscrite, elle est la plus répandue de toutes les espèces de cactus dans la nature et est divisible en plusieurs sous-espèces.

DISTRIBUTION. Néotropiques comprenant les Caraïbes (également l'est du Mexique et la Floride), l'Amérique centrale et le nord de l'Amérique du Sud, vers le sud au moins jusqu'à l'État de Paraiba, le nord-est du Brésil (remplacé par subsp. Shaferi au Paraguay, en Argentine et en Bolivie, et par subsp. hileiabaiana en cent. & E Bahia, Brésil): épilithique et épiphyte, basses altitudes jusqu'à au moins 1600 m d'altitude.

R. baccifera (J. Miller) Stearn, trad. nov., Cact J (Croydon) 7: 107 (1939)
Cassyta baccifera J Miller, Illust. Sexe. Syst. Linn. classe IX. ord. 1 (1771-77), éd. Allemand par Borckhausen, t. 29 (1800).
Rhipsalis Cassutha Gaertner, De Fruct. Sem. Plante. 1. 137, t. 28 (1788) Bot. Mag. 58. t. 3080 (1831) comme «R. Cassytha »
Cactus pendulus Swartz, novembre Gen. Sp. Plante. Prodr. 77 (1788), Fl. Ind. Occid. 2. 876 (1800) Aiton, Hortus Kew. et éd. 3. 178. (1811).
Pour plus de synonymie, distribution, etc., voir K. Schumann, Gesamtbeschr. Kakt. 621 (1899). Brirtton et Rose, Les Cactacées, 4. 225 (1923).

Johann Sebastian Mueller (1715 - c.1790), dessinateur et graveur allemand qui est venu à Londres de Nuremberg en 1744 et a anglicisé son nom à John Miller, ne doit pas être confondu avec son contemporain, Philip Miller (1691-1771) du Chelsea Physic Garden, dont il a contribué à illustrer les œuvres. Sa figure et sa description de Cassyta baccifera sont évidemment faites à partir d'une plante vivante, presque certainement cultivée à Chelsea ou à Kew, et comme Gaertner a plus tard basé son Rhipsalis Cassutha sur un spécimen envoyé de Kew par Sir Joseph Banks, les deux noms ont peut-être eu le même type. Swartz (1800) a cité les deux comme synonymes de son Cactus pendulus: il ne semble pas y avoir de doute sur leur appartenance à une seule espèce, qui, selon Aiton, a été introduite en culture des Antilles par Philip Miller en 1758

Infos de Bradleya 13. 1995
R. baccifera (J.S. Mueller) Stearn, trad. nov., Cact J (Croydon) 7: 107 (1939) Notez que l'orthographe allemande du nom Miller est utilisée
Le type de R. baccifera est supposé provenir des Caraïbes, d'où il a été introduit en Angleterre par Philip Miller en 1758 (Stearn, l.c.). Un spécimen plus ou moins contemporain de R. baccifera dans l’herbier de Schreber (né en 1739, décédé en 1810) est annoté «Viscum opun-tioides H. Kew. Jamaïque »(M!).
Cette espèce complexe nécessite une étude plus approfondie et détaillée et le traitement actuel ne doit être considéré que comme provisoire. Telle qu'elle est actuellement circonscrite, elle est la plus répandue de toutes les espèces de cactus dans la nature et est divisible en plusieurs sous-espèces.

subsp. baccifera
DISTRIBUTION. Néotropiques comprenant les Caraïbes (également l'est du Mexique et la Floride), l'Amérique centrale et le nord de l'Amérique du Sud, vers le sud au moins jusqu'à l'État de Paraiba, le nord-est du Brésil (remplacé par R. shaferi au Paraguay, en Argentine et en Bolivie, et par R. hileiabaiana en cent. & E Bahia, Brésil): épilithique et épiphyte, basses altitudes jusqu'à au moins 1600 m d'altitude.
Les populations des Caraïbes et d'Amérique centrale dénombrées jusqu'à présent sont tétraploïdes en nombre de chromosomes (2n = 44), tandis que les populations sud-américaines sont diploïdes (2n = 22).

Un moyen simple de distinguer les différentes sous-espèces de Rhipsalis baccifera (D'après New Cactus Lexicon 2006:


R. baccifera (copyright Ken Friedman, Kew 2006)

Les populations des Caraïbes et d'Amérique centrale dénombrées jusqu'à présent sont tétraploïdes en nombre de chromosomes (2n = 44), tandis que les populations sud-américaines sont diploïdes (2n = 22).

Dessin de cassythoides, considéré comme appartenant à la ssp baccifera.

Commenter. Tant d'espèces sont nommées R. baccifera qu'il est presque impossible de dire «un original». Quatre ou cinq poussant dans ma serre ont une végétation différente bien que les fleurs soient également sans importance. Au contraire, ce sont de grosses mauvaises herbes qui prennent plus de place qu'elles n'en valent la peine. Ken Friedman.


Rhipsalis baccifera subsp. horrida - jardin

Origine et habitat: Rhipsalis baccifera est une espèce extrêmement répandue largement distribuée en Amérique tropicale et dans les Caraïbes. On le trouve à Anguilla Antigua-et-Barbuda Argentine Aruba Barbade Belize Bolivie, États plurinational de Brésil (Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambuco, São Paulo) Colombie Costa Rica Cuba Dominique République dominicaine Équateur El Salvador Guyane française Grenade Guadeloupe Guatemala Guyane Haïti Honduras Jamaïque Madagascar Martinique Mexique (Campeche, Chiapas, Hidalgo, Jalisco, Oaxaca, Puebla, Querétaro, Quintana Roo, San Luis Potosí, Tabasco, Tamaulipas, Veracruz, Yucatán) Montserrat Antilles néerlandaises Nicaragua Panama Paraguay Pérou Puerto Rico Saint Kitts et Nevis Sainte-Lucie Saint-Vincent-et-les-Grenadines. États-Unis (Floride - Native). L'espèce est également présente en Afrique tropicale de la Côte d'Ivoire à l'Éthiopie et aussi loin au sud qu'en Afrique du Sud, aux Seychelles, à Maurice, à la Réunion et à Madagascar. Il est également signalé au Sri Lanka.
Altitude: On le trouve à des altitudes comprises entre le niveau de la mer et 1 700 mètres.
Habitat et écologie: Rhipsalis baccifera est un cactus épiphyte ou saxicole, poussant habituellement sur le tronc ou les branches de grands arbres, suspendu en grandes grappes dans une grande variété d'habitats comprenant des forêts de basse et moyenne altitude, des forêts tropicales, des forêts fluviales et des mangroves marécageuses. Il pousse également dans l'humus sur des rochers ombragés. C'est la seule espèce de cactus présente naturellement en dehors du Nouveau Monde. Une théorie est qu'il a été introduit dans l'Ancien Monde par les oiseaux migrateurs, il y a assez longtemps pour que les populations de l'Ancien Monde soient considérées comme des sous-espèces distinctes. La théorie alternative est que l'espèce a d'abord traversé l'Atlantique sur des navires européens faisant du commerce entre l'Amérique du Sud et l'Afrique, après quoi les oiseaux l'ont peut-être plus largement répandue. Rhipsalis baccifera est généralement abondant là où il se produit. Les fruits attirent les oiseaux, qui répandent les graines, de sorte que l'espèce peut se reproduire facilement et rapidement, envahissant les arbres sur une grande surface. Compte tenu de l'énorme aire de répartition de cette espèce, elle est susceptible d'être affectée par un certain nombre de menaces mineures. Cependant, aucune de ces menaces n'est suffisamment importante pour justifier une quelconque préoccupation.

  • Rhipsalis baccifera (J.S.Muell.) Stearn
    • Cassyta baccifera J.S.Muell.
    • Cassytha baccifera Sol. ex J.S. Mill.
    • Cereus bacciferus (J.S.Muell.) Hemsl.
    • Hariota cassutha (Gaertn.) Lem.
    • Hariota cassytha (Gaertn.) Cels et Förster
    • Rhipsalis cassutha Gaertn.
    • Rhipsalis cassytha Gaertn.

Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera (J.S.Muell.) Stearn
Cact. Journ. Brit. vii. 107 (1939)
Synonymie: 54

  • Rhipsalis baccifera (J.S.Muell.) Stearn
    • Cassyta baccifera J.S.Muell.
    • Cassytha baccifera Sol. ex J.S. Mill.
    • Cereus bacciferus (J.S.Muell.) Hemsl.
    • Hariota cassutha (Gaertn.) Lem.
    • Hariota cassytha (Gaertn.) Cels et Förster
    • Rhipsalis cassutha Gaertn.
    • Rhipsalis cassytha Gaertn.
  • Cactus quadrangularis Haw.
  • Cassytha filiformis Mill.
  • Cassytha polysperma W.T.Aiton ex Gaertn.
  • Cereus quadrangularis Pfeiff.
  • Rhipsalis aethiopica Welw.
  • Rhipsalis baccifera subs. rhodocarpa (F.A.C.Weber) Süpplie
    • Rhipsalis cassytha var. rhodocarpa F.A.C.Weber à Bois
  • Rhipsalis baccifera f. zanzibarica (F.A.C.Weber) P.V.Heath
    • Rhipsalis zanzibarica F.A.C.Weber
  • Trèfle Rhipsalis bartlettii
  • Rhipsalis bermejensis F.Ritter
  • Rhipsalis caripensis (Kunth) F.A.C.Weber ex K.Schum.
    • Cactus caripensis Kunth
    • Cereus caripensis (Kunth) DC.
  • Rhipsalis cassuthopsis Backeb.
  • Rhipsalis cassythoides (Moc. & Sessé ex DC.) Don
    • Cactus cassythoides Moc. & Sessé ex DC.
  • Rhipsalis comorensis F.A.C.Weber
  • Rhipsalis coralloides Rauh
  • Rhipsalis delphinensis Barthlott
  • Rhipsalis dichotoma Don
  • Rhipsalis guineensis A.Chev.
  • Rhipsalis heptagona Rauh & Backeb. dans Backeb.
  • Rhipsalis hookeriana Don
  • Rhipsalis hylaea F.Ritter
  • Rhipsalis madagascariensis F.A.C.Weber
  • Rhipsalis madagascariensis var. dasycerca F.A.C.Weber
  • Rhipsalis mauritiana var. ellipticarpa Barthlott
  • Rhipsalis minutiflora K.Schum. à Mart.
  • Rhipsalis neocassutha Y.Itô
  • Rhipsalis parasitica (Lamarck) Haw.
    • Cactus parasiticus Lamarck
    • Cactus parasiticus L.
    • Cereus parasiticus Haw. ex Steud.
    • Hariota parasitica (Lamarck) Kuntze
  • Rhipsalis pendula (Sw.) Link & Otto
    • Cactus pendulus Sw.
  • Rhipsalis pendulina A.Berger
  • Rhipsalis pilosa F.A.C.Weber ex K.Schum.
    • Cactus pilosus Humb. & Bonpl.
  • Rhipsalis quellebambensis H.Johnson et Backeb.
  • Rhipsalis saxicola Rauh
  • Rhipsalis suarensis F.A.C.Weber à Bois
  • Rhipsalis suareziana F.A.C.Weber
  • Rhipsalis tetragona F.A.C.Weber
  • Rhipsalis undulata Pfeiff.
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. cleistogama M.Kessler, Ibisch et Barthlott
Bradleya 18:22 2000

Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. erythrocarpa (K.Schum.) Barthlott
Bradleya 5: 100 1987
Synonymie: 2

  • Rhipsalis baccifera subs. erythrocarpa (K.Schum.) Barthlott
    • Rhipsalis erythrocarpa K.Schum.
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. fasciculata (Willd.) Süpplie
à Tijdschr. Liefhebb. Cact. Vetpl. Kamerpl., 9 (9): 136-137 (1996)
Synonymie: 4
  • Rhipsalis baccifera subs. fasciculata (Willd.) Süpplie
    • Cactus fasciculatus Willd.
    • Hariota fasciculata (Willd.) Kuntze
    • Rhipsalis fasciculata (Willd.) Haw.
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. fortdauphinensis Süpplie
Brit. Cact. Succ. J. 14 (2): 90 (1996), contrairement à l'art. 37,3 ICBN (1994).

Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. hileiabaiana N.P. Taylor et Barthlott
Bradleya 13: 63 1995
Synonymie: 2

  • Rhipsalis baccifera subs. hileiabaiana N.P. Taylor et Barthlott
    • Rhipsalis hileiabaiana (N.P. Taylor et Barthlott) N.Korotkova et Barthlott
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. horrida (boulanger) Barthlott
Bradleya 5: 100 (1987)
Synonymie: 3
  • Rhipsalis baccifera subs. horrida (boulanger) Barthlott
    • Hariota horrida Kuntze
    • Rhipsalis horrida Baker
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. mauritiana (DC.) Barthlott
Bradleya 5: 100 1987
Synonymie: 3
  • Rhipsalis baccifera subs. mauritiana (DC.) Barthlott
    • Rhipsalis cassytha var. mauritiana DC.
    • Rhipsalis mauritiana (DC.) Barthlott
Nom accepté dans la base de données llifle:
Rhipsalis baccifera subs. shaferi (Britton et Rose) Barthlott et N.P.Taylor
Bradleya 13: 64 1995
Synonymie: 2
  • Rhipsalis baccifera subs. shaferi (Britton et Rose) Barthlott et N.P.Taylor
    • Rhipsalis shaferi Britton et Rose

La description: Rhipsalis baccifera (également connu sous le nom de cactus de gui ou de cactus spaghetti) est une succulente épiphyte gracieuse avec de longues tiges filiformes et de nombreuses fleurs blanc crème suivies de fruits ressemblant à du gui. Il forme de grandes grappes suspendues, de 1 à 4 mètres de long (parfois jusqu'à 9 mètres). Comme la plupart des cactus, il a des tiges succulentes, mais en R. baccifera ceux-ci sont faibles, élancés, étroits et pendants. Il montre un polymorphisme considérable en raison de l'existence de nombreuses populations géographiquement isolées et peut être divisé en de nombreuses sous-espèces: la sous-espèce nominale, subsp. cleistogama M.Kessler, Ibisch et Barthlott, subsp. érythrocarpa (K.Schum.) Barthlott, subsp. hileiabaiana N.P. Taylor et Barthlott, subsp. horrida Baker) Barthlott, subsp. mauritiana (DC.) Barthlott et subsp. Shaferi (Britton et Rose) Bartlott et N.P. Taylor. Des sous-espèces supplémentaires ont été décrites en Afrique et à Madagascar. Rhipsalis baccifera est l'espèce la plus cultivée.
Tiges: Articulé, de croissance indéterminée, très ramifié de façon dichotomique ou en spirale, poussant à partir des extrémités d'autres branches, généralement par paires mais parfois en verticilles de 6 ou 8. Les tiges sont faibles et pendantes de 1 à 4 mètres (ou plus) de longues branches lorsque jeunes cylindriques, élancés, non dimorphes, cylindriques, produisant parfois des racines aériennes, de 3 à 6 mm de diamètre, vert clair, articulations de 10 à 20 cm. long, rarement jusqu'à 50 cm.
Aréoles: Peu dispersés, composites, avec seulement 1-2 (ou plus) minuscules soies blanches mesurant 1 m de long. Ces épines hérissées ont tendance à disparaître à mesure que la plante vieillit.
Fleurs: Porté latéralement en hiver ou au printemps, solitaire, petit (5-10 mm de diamètre), verdâtre en bouton, parfois sous-tendu par un seul pétale de 2 mm. étamines longues de couleur crème portées sur l'ovaire du disque.
Fruit: Nue, sphérique, translucide, en forme de gui, blanche ou couleur chair (parfois rouge), mûrit quelques jours après la floraison, globuleuse, 5-8 mm. en diamètre. Les fruits sont également comestibles, avec un goût doux et sucré.

Sous-espèces, variétés, formes et cultivars de plantes appartenant au groupe Rhipsalis baccifera

  • Rhipsalis baccifera"href = '/ Encyclopédie / CACTI / Famille / Cactaceae / 6426 / Rhipsalis_baccifera'> Rhipsalis baccifera (J.S.Muell.) Stearn: (subsp. baccifera) est principalement un épiphyte mais parfois un lithophyte, à la fois diploïde et tétraploïde. Répartition: Caraïbes, est du Mexique, Floride, Amérique centrale et nord de l'Amérique du Sud.
  • Rhipsalis baccifera subs. érythrocarpa (K.Schum.) Barthlott: est une forme tétraploïde. Distribution: on ne le trouve que dans les montagnes de l'Afrique de l'Est.
  • Rhipsalis baccifera subs. hileiabaiana N.P.Taylor & Barthlott: est très densément ramifié. Distribution: Bahia, Brésil.
  • Rhipsalis baccifera subs. horrida (Baker) Barthlott: horrida est une forme néoténique à la fois épiphyte et lithophyte et a un schéma de ramification aberrant
    populations tétraploïdes et octoploïdes. Distribution: Madagascar.
  • Rhipsalis baccifera subs. mauritiana (DC.) Barthlott: est une forme tétraploïde. Répartition: Ancien Monde, de l'Afrique tropicale à l'est jusqu'au Sri Lanka.
  • Rhipsalis baccifera sous-marins. Shaferi"href = '/ Encyclopédie / CACTI / Famille / Cactaceae / 27042 / Rhipsalis_baccifera_subs._shaferi'> Rhipsalis baccifera subs. Shaferi (Britton & Rose) Barthlott & N.P. Taylor: a des segments de tige plus courts et plus rigides que les sous-espèces baccifera . Répartition: Paraguay, sud de la Bolivie et nord de l'Argentine.

Remarques: R. baccifera, la seule espèce de cactus présente naturellement en dehors de l'hémisphère occidental, est diploïde en Amérique du Sud mais tétraploïde (2n = 4x = 44) en Amérique centrale, aux Caraïbes, au SriLanka et dans toute l'Afrique, et octoploïde (2n = 8x - 88) à Madagascar.

Bibliographie: Principales références et autres conférences
1) N. L. Britton, J. N. Rose: «Les Cactaceae. Descriptions et illustrations des plantes de la famille des cactus. » Volume 4, The Carnegie Institution of Washington, Washington 4: 7. 1923 [24 décembre 1923]
2) Edward Anderson «La famille Cactus» Timber Press, Incorporated, 2001
3) James Cullen, Sabina G. Knees, H. Suzanne Cubey "Les plantes à fleurs de la flore des jardins européens: un manuel pour l'identification des plantes cultivées en Europe, à la fois à l'extérieur et sous verre" Cambridge University Press, 11 / août / 2011
4) David R Hunt Nigel P Taylor Graham Charles International Cactaceae Systematics Group. "Le nouveau lexique des cactus" livres de DH, 2006
5) Urs Eggli, Leonard E. Newton: «Dictionnaire étymologique des noms de plantes succulentes» Springer, Berlin / Heidelberg 2010
6) Clive Innes "Manuel complet des cactus et plantes succulentes" Compagnie Van Nostrand Reinhold, 01 / dic / 1981
7) John Borg «Cactus: un manuel du jardinier pour leur identification et leur culture» Blandford P., 1970
8) Brian Lamb «Guide des cactus du monde» Letts, 17 / ott / 1991
9) Sara Oldfield «Cactus et plantes succulentes: état des lieux et plan d’action pour la conservation» UICN, 01 / gen / 1997
10) Arreola, H., Hammel, B., Hilton-Taylor, C., Ishiki, M., Loaiza, C., Nassar, J., Oakley, L., Pin, A., Taylor, NP, Terrazas, T. et Zappi, D. 2013. Rhipsalis baccifera. Dans: UICN 2013. «Liste rouge de l'UICN des espèces menacées». Version 2013.2. . Téléchargé le 2 mai 2014.
11) Innes C, mur B. «Cactus, plantes succulentes et broméliacées.» Cassell et la Royal Horticultural Society. 1995
12) «Rhipsalis baccifera (J.S. Mueller) Stearn» dans Cact. J. (Croydon) 7: 107 (1939). Rhipsalis, Lepismium, Hatiora, Schlumbergera. [Consulta: 26/09/2006].
13) Maxwell, Phil. «L'énigme Rhipsalis - ou le jour où les cactus sont descendus des arbres: 3e partie». dans: New Zealand Cactus and Succulent Journal, mai 1999.
14) J. H. Cota-Sánchez, M. Bomfim-Patricio «Morphologie des graines, ploïdie et histoire évolutive du cactus épiphyte Rhipsalis baccifera (Cactaceae).» Dans: Polibotánica. volume 29, 2010
15) Bandoni de Oliveiera et al. «Paléogéographie de l'Atlantique Sud: une route pour les primates et les rongeurs vers le Nouveau Monde?» 2009
16) Maxwell, P «L'énigme Rhipsalis.» 1999
17) Nobel, P.S. ed. «Cactus: biologie et utilisations.» 1992
18) Cota-Sánchez, J.H et Bomfim-Patrício, M.C. «Morphologie des graines, polyploïdie et histoire évolutive du cactus épiphyte Rhipsalis baccifera (Cactaceae).» PoliBotanica. 2010
19) Barthlott W., Taylor N. P.«Notes sur une monographie de Rhipsalideae (Cactaceae). Bradleya » 13: 43–79. 1995


Rhipsalis baccifera Photo par: Giuseppe Distefano

Envoyez une photo de cette plante.

La galerie contient désormais des milliers d'images, mais il est possible d'en faire encore plus. Nous recherchons, bien sûr, des photos d'espèces non encore montrées dans la galerie mais pas seulement cela, nous recherchons également de meilleures photos que celles déjà présentes. Lire la suite.

Culture et propagation: Rhipsalis baccifera est parmi les cactus épiphytes les plus faciles à cultiver et tolère la négligence. Ces cactus forestiers ont tendance à vivre longtemps.
Exposition: Cette plante (comme avec tous Rhipsalis) préfère l'ombre partielle.
Arrosage: Il nécessite beaucoup d'eau d'été (plus que les autres cactus), mais permet au sol de sécher légèrement entre les arrosages.
Sol: Ces cactus ne voudront pas d'un sol de cactus normal mais préféreront être dans un sol en grande partie composé de matière organique, comme la tourbe ou la mousse de sphaigne.Ce type de sol serait normalement utilisé pour les orchidées, les broméliacées ou d'autres plantes épiphytes.
Ces cactus forestiers ont tendance à vivre longtemps.
Rusticité: Gelée tendre. Il a besoin de températures nocturnes ne dépassant pas 5 ° C, surtout en hiver.
Besoins spéciaux: Ces plantes fleurissent abondamment si elles sont cultivées à une température uniforme et élevée, mais nettement moins si la température oscille entre 4 ° C et 18 ° C. Ils lâchent facilement leurs têtes s'ils sont déplacés. Une fois que les boutons floraux se sont formés, ne déplacez pas la plante, car de légers changements d'environnement peuvent provoquer la chute des boutons.
Propagation: Boutures de tige.


Plantes → Rhipsalis → Cactus à queue de souris (Rhipsalis baccifera subsp. horrida)

Informations générales sur l'installation (modifier)
Habit de la plante:Cactus / succulentes
Cycle de la vie:Vivace
Exigences du soleil:Plein soleil à ombre partielle
Ombre partielle ou tachetée
Rusticité minimale au froid:Zone 9b -3,9 ° C (25 ° F) à -1,1 ° C (30 ° F)
Zone maximale recommandée:Zone 10b
Hauteur de la plante:24" - 36"
Propagation des plantes:24" - 36"
Feuilles:À feuilles persistantes
Couleur de la fleur:blanc
Temps de fleur:Printemps
Fin du printemps ou début de l'été
Propagation: Autres méthodes:Boutures: tige
Conteneurs:Nécessite un excellent drainage en pot

Les heures sont présentées en heure normale du centre des États-Unis

La bannière du site d'aujourd'hui est de dirtdorphins et s'appelle "muscari"

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Voir la vidéo: Rhipsalis baccifera Cactus de muérdago Cuidado de plantas de interior - 126 de 365